Les Forums de Tomb Raider Online

Le Premier Site Interactif sur Tomb Raider et Lara Croft : Les Forums
Nous sommes le 21 Mai 2024, 19:13

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 25 Mai 2013, 11:41 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Avr 2013, 00:59
Messages: 3388
Localisation: Nantes (44)
Sexe: Homme
Bonjour ! Je viens publier ma participation à l'épreuve N°4. Je vous met à disposition ma version PDF qui est beaucoup plus agréable à lire.
Est-ce qu'il y a des fans de Tomb Raider II, ici ? :) Ma Fan Fiction porte sur ce second épisode que j'adore énormément. Elle fait 2,5 pages. :wink:

VERSION PDF
Fichier(s) joint(s):
[TRO] 4. Fan Fiction Tomb Raider - SlyRaiderpdf.pdf


VERSION DIRECT
SlyRaider, dans sa Fan Fiction, a écrit:
Des Vacances ? Non, Merci !

02 Juillet 2006, alors que Lara Croft rentre de Bolivie avec Excalibure et la Pierre Spectrale d’Amanda, elle range les reliques à l’abri et décide de prendre enfin de vraies vacances. Ayant confiance en eux, elle confie le manoir des Croft à Winston, Zip et Alister qui pourront profiter pleinement de la piscine et de la salle de sport. Lara se rend à l’aéroport et prend l’avion pour Venise où l’attend un taxi.

« Ah, Venise ! Quelle ville magnifique ! »
Le taxi accompagne Lara jusqu’à l’entrée d’un magnifique hôtel, on lui ouvre la porte et ses bagages sont emportés jusqu’au bureau d’accueil où Lara se rend pour prendre la clé de sa suite.
« Bonjour Madame, vous aviez réservé ?
- Mademoiselle. Oui, au nom de Croft, Lara Croft.
- Ah oui, vous voilà. Voici votre clé, le bagagiste vous conduira à votre suite. Bon séjour Mlle Croft.
- Merci. »
Le bagagiste lui fait signe de la suivre dans l’ascenseur. Il appuie sur le bouton du troisième étage et l’ascenseur commence à monter. Celui-ci ne met que quelques secondes pour atteindre l’étage et rouvrir ses portes. Le bagagiste laisse sortir Lara en première et suit un long couloir décoré de riches tableaux et recouvert d’une moquette impeccable.
« Voici votre suite, mademoiselle. Je vous laisse vous installer ?
- Ça ira, oui. Merci. »
Elle le laisse partir après lui avoir donné discrètement quelques billets en guise de pourboire. Elle visite rapidement la suite plutôt vaste et dépose ses bagages dans sa chambre. Elle sort sur le balcon et admire les canaux de la ville repensant alors à son passage mouvementé qu’elle avait déjà fait ici en 1997 lorsqu’elle s’était lancée à la recherche de la dague de Xian. Ne pouvant pas rester ici tout le reste de l’après-midi, elle décide d’aller se promener dans la ville, elle ouvre la porte de la suite qui mène au couloir quand, sans voir personne, elle entend la fin d’une conversation.
« C’est bon, j’ai fini ce que vous m’aviez demandé de faire, M. Bartoli.
- Pas de nom en public, idiot ! Tu peux disposer, je te recontacterai bientôt. »
Lara pousse la porte sans la fermer complètement et aperçoit un homme passer, un homme chauve habillé en smoking noir. Bartoli ? Ce nom, Lara le connait, mais où l’avait-elle entendu ? Elle cherche plusieurs minutes sans se rappeler d’où il vient. Elle referme complètement la porte et se dirige vers le téléphone de sa chambre. Elle s’allonge sur le lit et compose un numéro.
« Allô, Winston ?
- Ah, Lara, comment s’est passé votre voyage ?
- Très agréable, je vous remercie. Pourriez-vous me passer Zip, s’il vous plaît ?
- Bien sûr, je vais le chercher immédiatement.
- Merci. »
Lara attends quelques minutes le temps que Winston traverse quelques couloirs.
« Allô, Lara ?
- Ah, Zip. J’aurai besoin que tu fasses quelques recherches rapidement.
- Heu… Oui, bien sûr. Je m’installe sur mon ordinateur attends. Voilà.
- Bien, peux-tu trouver des renseignements sur un certains dénommé Bartoli.
- Alors… Marco Bartoli, c’était le chef de la mafia italienne, mais il a disparu depuis 1997, semble-t-il.
- Parfait. Merci Zip ! Je te recontacte si j’ai besoin de plus d’informations. »
Lara ne mit pas de temps à retrouver de qui il s’agissait. Elle était en effet venue ici pour rechercher la dague de Xian en 1997, mais n’ayant pas vraiment d’informations dessus, elle s’était lancée à la recherche de Marco Bartoli qui lui aussi, s’était lancé à la recherche de la dague. Cette dague avec le pouvoir de transformer quiconque ayant le courage de se la planter en plein cœur, en dragon. Bartoli l’avait fait et Lara avait dû le combattre pour lui retirer la dague du cœur, mais il est mort à ce moment-là. Cet homme portant le même nom aurait-il un lien avec Marco Bartoli ? Où est-ce une simple coïncidence ? Lara veut en avoir le cœur net, elle sait où se trouve la suite de cet homme et se met alors à escalader la façade de l’hôtel en passant par son balcon pour arriver sur celui de Bartoli. Par chance, la fenêtre était entre-ouverte et ne voyant personne dans la pièce, Lara décide de rentrer. Elle s’approche de la table de salon et trouve quelque chose d’hallucinant : les plans de son manoir. Quand elle entend du bruit dans la pièce d’à côté, quelqu’un qui parle.
« Très bien, monsieur. Oui, nous passons à la seconde étape. »
La personne a raccroché. Lara récupère rapidement les plans et repasse par le balcon pour rejoindre sa suite. La seconde étape ? Tout cela est étrange, mais cela devient un problème personnel pour Lara ! Elle prend l’ascenseur et descend à l’accueil pour avoir plus d’informations.
« Mlle Croft, que puis-je faire pour vous ?
- Eh bien, j’aimerai savoir s’il est possible de connaître l’identité de mon voisin de couloir.
- Je suis désolé mademoiselle, mais les informations concernant nos clients sont confidentielles.
- Et je suppose qu’il ne vous est pas possible de pouvoir faire une petite exception ?
- Hélas non, désolé.
- Tant pis. Merci. »
Il est impossible pour Lara d’en savoir plus sur cet homme qui possédait les plans de son manoir et qui s’est certainement rendu compte que ceux-ci ont disparu. Elle utilise à nouveau l’ascenseur pour remonter dans sa chambre, mais à l’instant où elle voulut appuyer sur le 3, les portes se rouvrent. L’homme chauve que Lara avait vu précédemment est maintenant face à elle dans l’ascenseur.
« Vous montez au troisième vous aussi ? Parfait. »
Lara ne fait qu’un sourire pour répondre à cet homme, et quand l’ascenseur atteint le troisième étage, elle l’assomme par derrière et le traîne discrètement jusqu’à sa suite où elle le laisse sur le sol du salon. En fouillant dans ses poches intérieures, elle trouve la carte d’un certains Antonio Bartoli, mais rien de plus. Puis avec difficulté, elle jette le corps de l’homme inconscient par-dessus le balcon pour s’en débarrasser et le faire tomber à l’eau. Elle retourne à sa chambre et prend le téléphone.
« Allô, Zip ?
- Oui Lara ? Tu as besoin d’autres informations ?
- Non, j’ai découvert qu’un vénitien installé à côté de ma suite nommé Antonio Bartoli avait les plans du manoir en sa possession. Je lui ai dérobé ces plans discrètement mais j’ignore s’il en possède d’autres. J’ai également assommé un de ses hommes que j’ai rencontré dans l’ascenseur, c’est sur lui que j’ai trouvé le prénom de cet inconnu. Je me demande s’il ne fait pas parti de la famille de Marco Bartoli, le mafieux dont tu m’as donné des informations tout à l’heure. Je l’avais affronté et laissé pour mort en 1997. Il est resté sous les ruines de la muraille de Chine, après l’explosion.
- Quelle histoire ! Et que veux-tu que je fasse exactement ?
- Cet homme a préparé un coup et veut certainement entrer dans le manoir pour récupérer quelque chose, la dague de Xian par exemple. Vous devez faire attention. A plus tard, Zip. »
Elle raccroche et prend dans son sac ses deux pistolets, tant pis pour l’hôtel. Elle escalade encore la façade et rejoint la suite de Bartoli. Elle entre et dégaine ses 9mm pour prendre Bartoli en joue.
« Croft ! C’est vous qui avez dérobé mes documents !
- Vos documents, Bartoli ? Ce sont les plans de mon manoir, pourquoi les aviez-vous ?
- De toute manière, il est trop tard, à l’heure qu’il est, vous ne pourrez plus rien faire.
- De quoi parlez-vous ? Répondez à ma question… si vous tenez à la vie !
- Dans quelques heures, mes hommes auront récupéré la dague de Xian et pourront me la remettre.
- La dague de Xian ? Mais que voulez-vous en faire ?
- Ah ! Je suis ici pour reprendre ce que mon père avait commencé. »
Quelqu’un entre par la porte derrière Lara, quand elle se retourne, elle voit un autre homme de Bartoli qu’elle tue pour ne pas perdre ce dernier, mais il semble qu’il ait déjà fuit. Elle rengaine ses pistolets, descend les escaliers de secours à toute vitesse et enfourche le scooteur d’un livreur de pizzas qui était sur le trottoir. Elle fonce sur la route en direction de l’aéroport et embarque à bord d’un avion qui, par chance, allait décoller pour l’Angleterre. Arrivée sur le sol anglais, elle prend l’un des taxis qui attend le long de la route et demande au chauffeur de rouler le plus vite possible jusqu’à son manoir. Arrivée là-bas, elle voit des camions noirs avec le logo de la Fiamma Nera, comme ceux qui appartenaient à Marco Bartoli ! Elle entre et voit Zip et Winston se défendre. Zip tire avec des 9mm et Winston a sorti le fusil à pompe pour tirer à tout va. Lara dégaine elle aussi ses pistolets pour en finir avec les hommes de Bartoli. Mais celui-ci n’est pas là, quand Zip intervient depuis l’étage sur la balustrade du balcon.
« Lara, ce n’est pas fini, Bartoli est sorti dans le labyrinthe avec la dague.
- J’y vais, mais où est Alister ?
- Il est blessé. Dépêche-toi, je m’occupe de lui. »
Lara s’empare rapidement de ses uzis et cours à toute vitesse vers la cour. Elle franchit la porte menant à l’extérieur quand, d’une esquive parfaite, elle dû rouler sur le côté pour éviter les flammes d’un dragon en colère. Elle dégaine ses uzis et tout en passant de pilier en pilier pour rester à l’abri, elle vide ses chargeurs sur le dragon. Elle sait comment l’affaiblir rapidement étant donné qu’elle avait déjà réussi à battre son père comme cela. Une fois le dragon blessé, elle court vers lui et arrache la dague de son cœur. La peau du dragon tombe sur le sol et Lara revient épuisée vers le manoir. Encore une dure journée, elle va déposer la dague à son emplacement dans la salle des reliques, regarde rapidement les dégâts créés par les hommes du mafieux et rejoint Winston.
« Comment va Alister ?
- Rassurez-vous Lara, il va très bien. Une balle lui a seulement éraflé l’épaule.
- Quelle chance que ce ne soit pas plus grave. Contactez le musée d’histoire naturelle.
- Mais pourquoi faire, Lara ?
- Peut-être qu’une carcasse de dragon les intéressera, sait-on jamais.
- Bien. Prévoyez-vous de repartir en vacances ?
- Il faudrait faire ramener mes bagages, à ce propos, je les ai laissés dans la suite, ainsi que payer la note de l’hôtel. Mais je n’y retournerai pas, les vacances ne me réussissent pas, apparemment. »


© Cette Fan Fiction a été écrite par SlyRaider à l’occasion du Concours organisé sur Tomb Raider Online.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Image
Venez visiter mon p'tit Site Internet totalement consacré à la série TR & LC !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Mai 2013, 13:10 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Fév 2008, 01:12
Messages: 3412
Bonjour ! Cette fiction se situe entre La Révélation Finale et Angel Of Darkness et tente de faire un lien entre les deux du point de vue de Lara. J'ai essayé de suivre le plus d'information officielles possible. Même si j'ai du faire des choix par rapport à ce qu'on sait pour coller à l'Angel Of Darkness que nous avons eu.
C'était un exercice assez intéressant à faire, puisque les thèmes sont assez réminiscents dans Tomb Raider (2013), au sens que le personnage de Lara est mis dans une situation extrême qui la change. Alors je n'ai pas fait un chef d'oeuvre, hein, en une semaine c'est un peu court. x) Mais j'espère que vous allez apprécier.
Bonne lecture !

           L'Élève et le Maître

    C’est la douleur qui l’a réveillée. Aucun son ne venait briser le silence et aucune lumière ne donnait à son regard un endroit où se poser. La seule chose qui l’assurait de ne pas être dans les limbes était l’odeur. Cette odeur qu’elle avait si souvent sentie, celles des vieilles pierres et de la poussière. Cette odeur lui rappelait tant de lieux et d’aventures.
Un à un, elle bougea ses membres. D’abord les jambes, puis les bras. Aucune pierre ne l’entravait, mais la douleur dans son bras gauche était insupportable. En espérant qu’il ne soit pas cassé, elle prit appui sur son autre bras afin de se révéler. Son corps était affaibli et chancelant, mais elle pouvait marcher. C’est quand, presque par reflexe, elle avait tenté de prendre une torche que sa main ne rencontra pas la fabrique familière de son sac. Brusquement le vide dans son dos s’imposa à elle. Elle avait perdu son sac. Il lui suffit de passer les mains dans ses holters pour savoir que ses deux autres grands amis s’étaient eux aussi fait la malle.
Pour la première fois depuis longtemps, l’espace d’un instant, Lara Croft se sentit faible et perdue.

    Elle se rappelait la première fois qu’elle s’était ressentie cela, au Cambodge. Quand elle s’était retrouvée seule après avoir abandonné Von Croy dans la salle de l’Iris. C’était la première fois qu’elle s’était retrouvée seule dans des ruines, livrée à elle-même et sans aide. Elle avait survécu.
Elle se mit à marcher. Sans lumière, elle devait être prudente, se coller aux roches des murs, faire attention à chaque pas. Elle savait comment survivre. Elle avait appris vite.
« Vous êtes une élève brillante, Lara, même si vous ne possédez pas encore la flamme qui anime les aventuriers, cette soif de vaincre à n'importe quel prix. »
Ces mots l’avaient poursuivi le reste de sa vie. Tout comme Von Croy. Est-ce que cela prendrait fin de cette façon ? Lara Croft morte dans une tombe, abandonnée par le même homme qu’elle avait dû laisser pour mort à Angkor Vat. L’ironie de la situation lui aurait presque arraché un sourire. Mais elle savait que la situation n’était pas la même qu’en 1986. C’était Von Croy qui avait déclenché tout ça. C’était lui qui avait voulu récupérer l’Iris, lui qui s’était fait posséder par Seth. C’était de sa faute si elle était là, piégée dans les ténèbres, à tenter de retrouver son chemin vers la lumière.

    A chaque pas qu’elle faisait, elle sentait son corps et son esprit redevenir plus alertes, ses sens s’aiguiser. Ses yeux s’étaient habitués à l’obscurité et elle pouvait à nouveau marcher normalement. Elle n’avait aucune idée d’où elle pouvait se trouver dans la pyramide. Beaucoup de ses confrères considéraient qu’elle n’avait jamais été totalement explorée, ce dont elle avait eu la preuve quelques heures plus tôt. L’éboulement avait dû ouvrir des passages condamnés et la faire tomber dans les fondations de la pyramide. Elle ne pouvait pas compter sur un sauvetage, et il lui faudrait escalader. Lara soupira. Il n’y avait qu’à espérer qu’elle n’ait pas à repasser par la salle où était enfermé Seth. Elle repensa aux événements des derniers jours. Sa course à travers l’Egypte pour récupérer l’Armure d’Horus et reprendre l’Amulette à Von Croy. Tout ceci avait presque été vain. Seth avait réussi à détruire l’Armure quelques secondes avant qu’Horus ne soit incarné. Et elle-même avait bien failli y passer. Sans compter le reste du monde.

    Le couloir prit fin devant elle. Elle posa sa main sur les pierres du mur et poussa un peu. Elles semblaient bouger. Elle se rapprocha et se mit à chercher les jointures des pierres en espérant sentir un courant d’air, qui lui indiquerait qu’une autre pièce se trouvait derrière. Il lui suffit de quelques secondes pour en trouver un. Elle prit de l’élan et poussa la pierre à l’aide de son épaule valide. Elle s’avança de quelques centimètres. Elle se recula à nouveau et s’élançât sur la pierre qui, cette fois, ce déplaça assez pour libérer un passage au travers duquel elle pouvait passer.
Elle fut un instant éblouie. Ses yeux se réhabituèrent à la lumière et elle put discerner la salle. Elle la reconnue immédiatement. C’était l’une des salles aux balances. Elle se précipita de l’autre côté de la salle où de l’eau sortait d’une fontaine.
Elle but de longues gorgées et se rinça le visage. Elle regarda son bras douloureux à l’aide de la faible lumière ambiante. Aucun os ne dépassait, c’était déjà ça. Soudain, un grognement se fit entendre.

    Sa respiration se coupa. Elle se rappelait que trop bien de ce qu’il y avait dans les cages de ces salles. Elle se retourna pour constater avec horreur que la porte qui pouvait l’en protéger était levée. Elle vit lentement la créature sortir de sa cage. Sa tête de crocodile en premier, suivit du corps de Lion. L’Ammout, la dévoreuse des âmes indignes.
Lara eut un mouvement de recul. Le monstre sauta sur elle. Elle lui échappa de justesse en roulant sur le côté. Il lui fallait rapidement trouver quelque chose pour se battre.
L’Ammout se rapprochait à nouveau d’elle. Cette fois-ci Lara sauta la première. L’Ammout réagit presque aussitôt en sautant à son tour. Lara lui donna un coup de pied dans la tête, la créature grogna avant de se cambrer. La douleur empêchait Lara de réagir avec assez de rapidité pour éviter le coup de griffe.
Elle senti les griffes s’enfoncer profondément dans sa chair. Elle hurla. Elles tombèrent toutes les deux à terre, Lara sous la bête. Sous l’effet de l’adrénaline, elle se retourna rapidement et donna un coup de coude dans l’œil de crocodile.

    Lara attrapa une pierre qui trainait à côté d’elle et frappa de toutes ses forces. Elle put se dégager de l’étreinte des pattes de son agresseur. Une fois relevée, elle refrappa la bête. Encore, et encore. L’Ammout était morte depuis longtemps quand elle s’arrêta, haletante, des larmes coulant sur ses joues.
Elle se laissa tomber contre le mur et resta assise. Son regard restait fixe sur le cadavre à côté d’elle. Elle était fatiguée. Fatiguée des tombes, des mythes, des monstres.
L’Atlantide, La Lance de Longinus, L’arche d’Alliance, Big Foot, tous ces mythes qu’elle avait traqués. A quoi cela l’avait-elle amenée ? A une célébrité dont elle n’avait jamais voulu, à des amis morts ou la trahissant, à manquer plus d’une fois d’y laisser sa peau.
Mais que pouvait-elle faire d’autre ? C’était sa seule vie, ce qui la définissait. Quand on pensait à elle, on imaginait les sites qu’elle avait découverts, on se rappelait des récits qu’elle racontait, les trésors qu’elle avait trouvé et les secrets qu’elle avait révélé au monde.
Pouvait-elle reprendre à zéro maintenant ?

    Elle se releva. Et elle commença à marcher, sa main sur ses blessures. Elle suivait le même chemin qui quelques heures plus tôt l’avait presque amenée à sa mort. Quand enfin, elle arriva à l’air libre, la nuit été tombée. Elle continua à marcher quelques instants à l’extérieur de la pyramide, avant de tomber au sol épuisée.

    C'est après de longues heures qu'elle se réveilla. Ses yeux s’ouvrirent sur un tissu. Elle devait être dans une tente. Elle entendait quelqu’un s’agiter autour d’elle. Une femme se pencha sur elle. Son visage au teint mat semblait inquiet. Elle murmurait des mots que Lara comprenait à peine. Un dialecte bédouin, dérivé de l’arabe. La voix de la femme était profonde et douce.
L’odeur de plantes et les bibelots qu’elle voyait posés sur une table confirmèrent ses doutes. Cette femme était un chaman.
« - Restez calme. Vous avez besoin de repos. Des hommes du village vous ont trouvée près de la grande pyramide.
- Qui êtes-vous ?
- Le nom qu’on me donne est Putaï. Et vous, vous êtes celle qui a failli ramener le chaos dans ce monde. Il vous a fallu bien du courage pour en venir à bout. Et beaucoup de force pour survivre à votre tâche.
- Comment savez-vous…
- Pensiez-vous vraiment qu’après ce qui s’est passé au Caire personne ne devinerait ce qui s’est passé ? Mais n’y pensez plus, tout cela a pris fin. Reposez-vous. »
Lara se laissa retomber dans le lit et se rendormit instantanément. De longs mois s’écoulèrent durant lesquels Lara vécu avec la tribu de Putaï. Personne ne savait qu’elle avait survécu. Des recherches furent menées dans la pyramide, par l’homme qui l’y avait laissée.

    Seul son sac fut retrouvé. Ce que tout le monde prit pour la confirmation de sa mort. On fit des cérémonies, une statue érigée dans le parc de son manoir, des livres écrits sur sa vie, tous aussi incomplets et inventifs les uns que les autres. Une rumeur se rependit parmi les marchands du désert qu’une femme protégeait ceux d’entre eux qui étaient en danger. La rumeur, poussée par le murmure du vent, donna à cette femme le nom d’El Hawa. Ce murmure arriva un jour à l’oreille d’un vieil homme tourmenté par le destin de son ancienne élève. C’est seul qu’il partit dans le désert à la recherche de ces rumeurs. Et c’est seulement après plusieurs semaines de recherches qu’il finit par la retrouver.
L’échange qu’ils eurent ne fut pas très long. Lara ne souhaitait pas reparler à cet homme. Rien qu’entendre sa voix lui faisait sentir au plus profond d’elle une rage, une haine qu’elle n’avait jamais connue.
« - Lara ! Attend !
- Va-t’en Werner ! »
Le vieil homme regardait la femme qui se tenait devant lui. Il ne reconnaissait plus celle qu’il avait affrontée durant tant d’années. Elle était devenue froide, tourmentée par son passé. Il sorti de son sac un paquet.
« - Prend ça Lara. On l’a retrouvé… Enfin, prend soin de toi. »

    Il déposa le paquet et sol et reparti. Lara récupéra et l’ouvrit. Il contenait son vieux sac. Elle le contempla quelques instants. De vieux souvenirs refaisaient surfaces, des souvenirs d’une vie qui lui semblait tellement lointaine. Elle reprit sa route, qui la ramènerait au village des bédouins. Ce n’est que trop tard qu’elle a vu la fumée qui s’élevait dans le ciel. Ce n’est que trop tard qu’elle arriva pour voir le village qui l’avait accueilli détruit. Elle passa la nuit à fouiller les ruines, à la recherche de traces qui pourraient la mener aux responsables. Elle n’en trouva pas. Quand le soleil du matin commença à se lever, elle dût se rendre à l’évidence. Il allait lui falloir rentrer à Londres.

    Des années passèrent. Lara était retournée en Angleterre. Elle avait acheté un appartement dans la ville, refusant de retourner dans son vieux manoir. Elle vivait simplement, n’ayant repris contact avec aucun de ses anciens amis et ne répondant jamais à leurs appels. Plus de deux ans plus tard, elle reçut un message de Von Croy l’incitant à aller le voir à Paris. Il semblait désespéré, et avait besoin d’aide. Elle hésita longuement avant de décider d’y aller. Il lui fallait des réponses. Affronter une fois pour tout ce passé qui la hantait.
Elle arriva tard dans la soirée à Paris. Werner l’attendait chez lui. Il l’invita à s’assoir dans un des fauteuils et à prendre un verre qu’elle refusa.

« - Lara, tu dois retrouver quelque chose pour moi.
- Continue…
- Je cherche cinq peintures d’Obscura, pour un client du nom d’Eckhardt. Mais c’est un psychopathe.
- ça ne me concerne pas. »
Werner se leva, paniquant.
« - Mais on me suit dans la rue ! Des gens meurent dehors !
- A ton tour Werner. » Lara se releva, s’apprêtant à partir.
« - Lara pitié !... Ecoute, va voir cette femme, Carvier. Elle t’expliquera. »
Il donna une carte à Lara qu’elle mit rapidement dans sa poche. Elle se détourna, et commença à marcher vers l’entrée. Elle senti la main moite de Von Croy l’attraper par le bras. Elle le repoussa, le faisant tomber dans son fauteuil. Elle profita de sa faiblesse pour se pencher sur lui.
« - Et l’Egypte Werner ? Tu es parti sans te retourner. Où était ta pitié ? »

    Sans qu’elle le sache un homme venait d’entrer dans l’appartement, approchant d’elle et du vieil homme. Elle vit Werner se débattre et tenter de la prévenir, tentant d’attraper un pistolet caché dans sa poche. Des coups de feu partirent. La dernière chose dont elle se souvint en sortant de l’appartement, alors qu’elle entendait les sirènes de police au loin, était le cadavre de son mentor, étendu dans une mare de sang. L’avait-elle tué ? Sa rage et sa haine l’avaient-elle conduite à ça ? Non… Il devait y avoir autre chose. Il fallait qu’elle aille voir Carvier. Elle fallait qu’elle découvre ce qu’étaient ces peintures d’Obscura. Il le fallait.

_________________
If you could rewrite our life any way that you please,
Would you tear out the pages of our memories?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Mai 2013, 17:53 
Hors ligne
Général Raider
Général Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Mar 2006, 19:27
Messages: 8287
Localisation: Face a mon clavier et ma souris
Sexe: Homme
Pas facile sur téléphone de rédiger une fanfiction lol


le tombeau des limbes

Il était une fois l'histoire d'une aventure de lara Croft :) (original le début soit dit en passant ^^)

Il ya 3 jours de cela, Lara après avoir regarder une émission sur la chaine ART sur les tombeau enfouis en Egypte qui n'ont jamais retrouvé, Lara se décida à se mettre en quête de l'un d'entre eux.
En effet sur le reportage, elle avais repéré un indice menant à l'un d'entre eux à savoir <<le tombeau des limbes>> La rumeur voulais que quiconque pénètre ce tombeau ne s'en relèvera pas vivant sauf l'élu qui y découvrirai la vérité sur les vrais origines de l'humanité.
En effet il lui suffisais de pousser l'œil du mouton sur la fresque pour qu'une porte s'ouvrit laissant s'engouffrer l'aventurière qui récupéra le parchemin posé sur une table . Ce dernier menant à l'entré du tombeau situer à 3 jours de marche ( 5 dos de mouton)
Donc 5 jours plus tard une fois arriver sur place elle ne mit pas longtemps avent de trouver une entré secrète.
Dans la 1er salle elle y trouva une tyrolienne qui mena a la 2 ème salle ( avec 2 tigres en comité d'accueil ),elle en fit de la charpie.
-''des tigres en Egypte ???'' se dit t'elle
-''Décidément rien ne va plus dans ce monde''
Après avoir tiré un levier et fait 2 ou 3 pirouette pour attendre la grille à présent ouverte, elle se laissa glisser sur une pente incliné.
Une fois le joyeux toboggan fini elle tomba dans la salle de réception de l'immeuble voisin de Takamoto.
-"Mais... comment cela est ce possible??"
Elle n'eu pas le temps de se poser plus de questions que déjà une demis douzaine d'hommes ( oui 6 pour les matheux)la canardai de tout les cotés.
-"J'ai bien fait de racheter des munition de Mp5 sa ne sera pas de trop pour plomber ses psychopathes"
Une fois le calme revenu et les murs repeint Lara pris le temps de réfléchir.
-"Les 2 tigres me rappelle la grande muraille, et ce qui viens de se passer à cet
instant je l'ai déjà vécu "
...
-"Mais oui !!!! c'est ca"
-"Ce tombeau nous fait revivre nos moments éventuel de mort imminente afin de cette fois nous tuer définitivement "
-"J'ai une idée HaHaHaHa"
Se retrouvant a présent dans la prochaine salle après 15 min d'escalade, elle arriva face à la main de Midas.
-"LoL le vieux piège à 2 balle!!" s'exclama t'elle
-"j'ai bien fait d'y penser "
Elle pris des cailloux par terre et les transforma en or en les posant sur la main de Midas.
-"Même si je ne trouve pas la salle qui renferme le secret inavouable sur les origines de l'humanité au moins, cela financera ma prochaine expédition."
Finalement après de nombreuses salles pleines de dangers lui rappelant ses anciennes aventures, notre aventurière fini par arriver au cœur du temple. Au centre se tiens un vieil homme, de dos, un peu bossu .
Elle s'approcha discrètement, c'est alors que il se retourna un plateau à la main en criant
-"IL EST L'HEURE !!!!!"
C'est alors que Lara se réveilla face à Winston qui lui présenta son petit déjeuné sur un plateau
-"NONNNNNN MON OR !!!!" cria t'elle.

FIN

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Mai 2013, 18:54 
Hors ligne
Colonel Raider
Colonel Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Nov 2006, 13:38
Messages: 5708
Localisation: Le Mans
Sexe: Femme
Voilà la mienne, mais vu mon imagination débordante ne vous attendez pas à grand chose. C'est ma 1e soyez très très indulgent. :( :(

Lara en pays Maya

Werner et Lara partent en expédition en Amérique du Sud, une ballade qui doit les conduire vers de nouvelles découvertes en plein coeur de la forêt équatoriale .

Lara se dit qu'après tout ce sera peut-être des vacances, il fait chaud, l'environnement est infesté d'insectes pas très sociables et de plus l'eau n'est pas potable, il leur faut donc utiliser les moyens du bord pour satisfaire ce besoin d'eau, et elle adore ces situations délicates.

Le voyage s'est très bien passé, équipé de pistolets, grappin, lampe torche, enfin tout ce qui est nécessaire dans ce genre de chasse aux trésors, et après une très longue marche sans embûches dans la forêt, ils se retrouvent devant l'entrée d'une grotte qu'ils ne soupçonnaient pas se trouver là, bien dissimulée par la jungle épaisse.
Prudemment ils pénètrent dans cet endroit inconnu, et découvrent un manuscrit très ancien . Après avoir consulté ce précieux document, il n'est pas besoin de dialogue entre eux pour comprendre qu'ils ont trouvé quelque chose de resplendissant.
Ayant malgré leur enthousiasme, prit le soin d'explorer les premiers abords de cette grotte avant de s'y engager plus profondément, une certitude les envahie. Les parois de ce prestigieux endroit paraissent très friables et très fragiles, donc pas de bruit, pas de cris, sinon ils peuvent se trouver pris au piège.
Werner pense que ce fameux manuscrit date de l'époque Mayas.

Werner et Lara s'engagent donc tout doucement dans cette grotte dont-ils ne soupçonnent même pas la profondeur tant il fait sombre. Ils avancent délicatement vers l'inconnu, mais leur curiosité commune l'emporte sur la réflexion.
Werner fait signe à Lara de le suivre à pas feutrés quand soudain tous deux se figent devant quelques petites surprises d'assez mauvais goût. Equipée de sa lampe torche Lara explore les alentours proches et découvre une quantité de pièges pouvant les conduire à une mort certaine. Tout doucement ils avancent de quelques pas, puis se mettent à transpirer de crainte de ne pouvoir franchir ces maudits obstacles.
Lara s'élance la première en effectuant des sauts aussi longs que possible et franchit ces pièges successifs avec brio. Ouf!! Elle fait signe à Werner de la suivre en faisant très attention "il n'est plus très jeune Werner". Hourra!!! Passage difficile terminé, ils vont certainement rencontrer d'autres embuches dans leur quête.
Un peu plus loin dans leur progression ils distinguent dans la pénombre, posé sur des rochers deux ou trois coffres. Consultant à nouveau le manuscrit, ils se rendent compte que ce sont trois coffres qui attirent leur regard. D'après ce qu'ils déchiffrent sur ce manuscrit, le coffre du milieu représente la richesse"il contiendrait donc de l'or", ceux de gauche et de droite représentent la mort.
Lara pense ouvrir en priorité celui du milieu puis se ravise et décide de réfléchir. Peut-être y a t-il deux coffres remplis d'or, durant sa réflexion Lara distingue sur la paroi quelques inscriptions qui semble signifier le contraire.
Tout à coup une voix puissante s'écrie " Arrêtez". Un homme armé d'un pistolet tire sur Werner puis s'enfuit car la grotte commence à s'éffondrer, fort heureusement cet homme n'est pas si bon tireur que cela, car Werner n'est pas touché.
Ayant échappés tous les deux à cet éboulement Werner et Lara se lancent à la poursuite de ce tireur indélicat, en évitant les autres pièges se trouvant sur leur chemin. Quand ils sortent l'homme se tient devant eux toujours avec le pistolet à la main, il hurle en s'adressant à Lara.

- Vous êtes des idiots tous les deux. Tu vas faire demi tour et récupérer l'or pour moi, sinon je tue ton ami.

-Etes-vous sain d'esprit? S'écrie Lara à son encontre. La grotte est inaccessible maintenant qu'elle s'est écroulée.

- Tais toi rétorqua t-il à Lara, ou je vous tue tous les deux.

-D'accord, j'y vais, mais baisse ton arme dit-elle d'un un ton ferme.

Cet homme est complètement fou pensa t-elle.
Lara cherche une idée ou un moyen de tirer Werner de ce mauvais pas, quand tout à coup elle aperçoit dans un éclat de lumière, une grosse branche mise à jour à cause de l'éffondrement de la grotte. A ce moment précis tout devient clair dans son esprit, et en un éclair elle utilise son grappin pour atteindre cette fameuse branche et s'assure de la solidité de celle-ci, puis elle grimpe et se retrouve à la surface.
Une fois à l'extérieur Lara peut apercevoir Werner et le tireur partir, ce dernier a l'air très impatient.
Je n'ai pas beaucoup de temps pensa t-elle. Elle rampe parmi les broussailles et se retrouve nez à nez avec un serpent, elle reste figée d'effroi. Celui-ci l'attaque vivement, mais instinctivement Lara esquive cette attaque en faisant un grand bond en arrière tandis qu'un coup de feu retentit, une balle passe à deux doigts de sa tête. Lara fait le triste constat que sa première idée pour sauver Werner n'est pas la bonne, il lui faut donc trouver autre chose.
Lara s' accroche à une liane qui, comme par un heureux hasard, se trouve à sa portée tandis que les balles sifflent de toute part sans l'atteindre. Au bout de quelques balancements, elle lâche prise et attérit dans un buisson très épineux. Elle est si concentrée et inquiète pour Werner qu'elle ne ressent pas la douleur. De nouveau face au tireur, elle lui assène quelques bons coups de savates, bien placés et finit par faire voler son arme et lui faire mordre la poussière. L'homme se relève, saute sur Lara et la frappe en plein visage, ce qui l'étourdit un peu, ne se laissant pas démonter si facilement, elle réagit rapidement et lui fracasse le nez.L'homme hurle de douleur.

Elle aperçoit Werner allongé sur le sol immobile.

Werner! Werner! Comment çà va?

A l'instant précis ou celui-ci va lui répondre, il sent un liquide chaud couler le long de son bras gauche. Il pousse un cri de douleur, une lame vient de l'atteindre. Il évite un nouvel assaut de la lame du tireur en faisant un écart de côté. L'homme au poignard et Lara se regardent droit dans les yeux, puis s'affrontent sauvagement, celui-ci est blessé de nouveau au visage. Il tente d'atteindre Lara sans succès, car avec son agilité légendaire, elle réussit à esquiver le geste tout en lui assénant une série de coups bien ajustés dans les côtes, ce qui le fait tomber à genoux.
Lara se précipite sur le pistolet et le poignard du méchant.

- Laisse le partir, s'exclame Werner.

- Et si je ne pars pas, dit l'homme.

- Je vais te tuer, dit froidement Lara.

- Vous ne pourrez pas me tuer.

- Ah oui! Et pourquoi pas , rétorque t-elle, tout en appuyant sur la détente.

Werner est mort de peur, il s'inquiète pour Lara.

Seulement voilà, Lara entend juste un clic au lieu d'une détonation.
Le méchant tireur devenu lanceur de poignard, se met à rire. Pensez-vous vraiment que j'ai laissé les balles dans le barillet? Voyons, je les ai jeté. Il rit encore et encore, alors elle sort subitement le poignard qu'elle vient de lui subtiliser, et avec toute l'adresse dont elle fait preuve Lara lui lance la lame qui l'atteint en pleine poitrine. L'homme s'écroule sans un cri.

Lara se précipite vers Werner pour l'aider à se relever

-Merci Lara, dit-il.

Elle déchire une partie de son maillot (il ne lui en reste pas beaucoup) et le met autour du bras blessé de son ami pour protéger la plaie.

A l'issue de ce périple, Werner et Lara ne ramènent rien, à part quelques émotions très fortes et un goût d'inachevé.
De retour au manoir des Croft, Lara fait part à Werner de sa décision de ne plus lui demander de partir en expédition à la recherche de trésors oubliés.


FIN

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Mai 2013, 23:19 
Hors ligne
Colonel Raider
Colonel Raider

Inscription: 24 Nov 2007, 15:15
Messages: 7341
L'obstination

Jeudi
Amanda était déjà là, avec toute une armée de mercenaires. Je ne sais pas comment ils avaient fait pour entrer dans le temple, Amanda avait le don pour être toujours la première, ce qui commençait à devenir assez agaçant. Elle tenait l'épée et faisait face au socle en pierre. Elle était vraiment obstinée, voire obsédée par Avalon. Je ne sais pas ce qui la motivait mais l'antique épée ne devait en aucun cas être utilisée à de mauvaises fins, ce qu'Amanda projetait sûrement de faire.

Elle s'apprêta à enfoncer l'épée dans le socle, comme en Bolivie, elle commençait à connaître la démarche à suivre. Je l'interrompit comme je sais si bien le faire ; rien de mieux qu'un coup de feu pour attirer l'attention de fous furieux armés jusqu'aux dents. Elle avait peut-être la faculté d'arriver la première, mais moi j'avais celle de toujours arriver au moment fatidique. Comme prévu, ils commencèrent tous à canarder sans vraiment viser ; ça vaut ce que ça vaut un mercenaire. J'avais l'avantage de ne pas avoir emprunté la même entrée qu'eux et surplombais la pièce. Il faut dire qu'il n'avait pas été très subtils, dynamite et subtilité n'étant pas vraiment synonymes. Je profitai de ma position dominante pour courir sur les fondations et autres poutres et me planquer dans une alcôve, derrière un magnifique pilier gravé, rapidement démoli par les balles des fêtards au rez-de-chaussée.

Cette alcôve se révéla être en fait un passage (secret ?) que je m'obligeai d'emprunter quand un bâton de dynamite venu d'en-bas décida de me rejoindre, compagnie dont je me serais bien passée. Le-dit passage se révéla à son tour être une énorme fosse, manifestement sans fond, et dans lequel je tombai, et bien accompagnée puisque l'explosif avait visiblement très envie de rester avec moi. L'adrénaline arriva, et la panique aussi. Pourquoi fallait-il que mes relations avec Amanda, la rancunière, deviennent si compliquées ?

Mardi
Manoir des Croft

Il était autour de 21h quand les perturbateurs arrivèrent. J'étais assise dans un fauteuil de l'entrée, Zip travaillait toujours derrière ses ordinateurs et Winston vaquait à ses occupations dans le manoir, Dieu sait ce qu'il fait quand on ne le voit pas, à part s'occuper du lieu. Comment ils avaient échapper au système de sécurité de Zip (caméras à infrarouges, détecteurs de mouvements, et autre bazars électronique), je l'ignorais. Mais les faits étaient là, les vitres du plafond se brisèrent et les portes d'entrée et du sous-sol s'enfoncèrent en même temps. J'étais sur le point de connaître le dénouement de mon livre et une balle vint le traverser. Et s'il y a bien une chose à laquelle on ne touche pas, à part mes reliques bien sûr, ce sont bien les bouquins.

Zip se cacha dans la crypte, et je ne savais toujours pas où était Winston. Quant à moi, je dus me frayer un chemin dans le passage dérobé le plus proche, celui derrière l'antre de la cheminée (heureusement que le feu était éteint, c'est l'inconvénient majeur de ce tunnel ; un jour il faudrait que je le fasse prolonger pour qu'il débouche ailleurs). Cela faisait longtemps que cette galerie n'avait pas été nettoyée, je dus le faire moi-même déloger une bonne trentaine d'araignées en tout genre. Ce passage avait l'avantage d'être l'un des deux seuls à donner sur l'extérieur. En effet je sorti dans la serre et je fus surprise d'y trouver (enfin !) Winston. C'était donc à ça qu'il passait son temps dernièrement, il est vrai que je n'avait jamais trouvé la serre si belle. Il était cacher son un établi et je l'avisa d'y rester jusqu'à ce tout soit terminer. Je ne devais vraiment pas me faire repérer maintenant, Winston ne m'aurait pas sans doute pas pardonné de fracasser le verre de la pépinière.

Je sorti discrètement à travers une vitre amovible (puisque, évidemment, il y avait du monde devant l'entrée principale) et rejoignis tant bien que mal le garage à l'aide d'une porte dissimulée sous le lierre. Enfin j'accédais à mon arsenal. Invraisemblablement (et avantageusement), aucun mercenaire à lunettes de vision nocturne et combinaison en latex noir ne s'était infiltré dans le garage. Je pris deux uzis, un fusil à pompe, mon grappin et ma ceinture magnétique que j'enfilai et placarda de munitions. Je pris le monte-charge au bout de la pièce et me retrouvai dehors. Toujours personne. C'est à croire qu'ils étaient déjà partis. Une corde pendait le long du mur, ils s'en étaient servi pour accéder au toit. Je fis comme eux et me retrouvai en haut. C'était drôle en un sens puisque sans mes cambrioleurs à la gâchette facile, je ne faisais jamais ce genre de choses (emprunter les passages secrets, escalader le manoir, s'affairer d'armes avec un pantalon en lin et un pull en cachemire, …).

Ils m'avaient presque faciliter la tâche en brisant toutes les vitres du plafond en évacuant le toit pour sauter à l'intérieur (ils ne s'attendaient sûrement pas à ce que je grimpe aussi à l'heure de se coucher ; il n'y a pas d'heure pour faire sa gym). J'avais toujours le suspense insoutenable de mon polar en tête ainsi que la balle qui l'avait transpercée plus tôt (le livre, pas ma tête). Pas de remord donc pour mitrailler tout le monde avec un point de vue de sniper et des munitions presque illimitées. Quel carnage, tant de vitre cassées, de pierre trouée, de matériel informatique détérioré (je me surpris à penser comme Zip tout à coup), et de sang sur mes tapis (j’espérai que Winston pourrait y faire quelque chose, c'était des tapis persans quand même).

Une fois l'entrée nettoyée, je descendit à l'aide du grappin. Dans la salle de contrôle, je jetai un œil sur un des derniers écrans fonctionnels de Zip et vis Amanda (!) et trois mercenaires dans la salle du coffre. Décidément, elle avait l'air de porter un drôle d’intérêt pour cette pièce. En fait pour être précis, elle en sortait visiblement satisfaite d'y avoir (re)trouver Excalibur. Cela ne présageait rien de bon pour la suite. Je préférai me poster au balcon faisant face à la sortie de corridor menant au coffre et l'attendit. Comme prévu, les mercenaires sortirent les premiers et je les remerciai de leur aimable visite à ma manière. Je fus étonnée de ne pas voir sortir Amanda. Armée d'Excalibur et probablement de son talisman spectral duquel elle ne se séparait désormais plus (jusqu'à ce que le monstre qu'il contient fasse comprendre à Amanda qu'il en a marre d'être son pantin) elle devait se sentir indestructible. Un hélicoptère arriva ; l'issue de secours d'Amanda. Il se trouva que l'hélico ramenait au passage quelques amis à elle. Quatre mercenaires descendirent le long de câbles en me tirant dessus. Je leur rendis la politesse à coup de fusil à pompe. Un cinquième homme de main, manifestement bien installé dans l'hélico, se mit à tirer à l'aide d'une mitrailleuse. J'étais coincée derrière une colonne en pierre. C'est à ce moment plutôt opportun (pour elle) qu'Amanda a finalement choisi de se montrer. Elle a juste eu le temps de sauter sur un câble de l'hélicoptère, dégainer Excalibur et faire s'écrouler le pilier derrière lequel je me protégeais, puis de s'envoler.

Je me remis à penser à toutes les fois où on avais envahit et détruit ce manoir. Je n'aurais jamais pensé qu'être archéologue puisse apporter autant d'ennemis, et donc de soucis. Winston et Zip l'avaient échappé belle, encore une fois. Pendant qu'ils m’extrayaient des décombres, je prêtai attention à la diode rouge clignotante que chaque sbire portait. Une fois sortie, Zip y regarda de plus près et interpréta ce dispositif comme une sorte de GPS. Mes compétences connues de tous en informatique et électronique m'ont juste permis de comprendre que si les ahuris que je n'aurais pas tués n’éteignaient pas leur GPS, il était possible de les traquer jusqu'à Amanda. Cela faisait déjà trois fois qu'Amanda s'infiltrait dans le manoir, ce soir-là était la fois de trop ; il fallait mettre à terme à tout cela.

Jeudi
Jungle indonésienne

Je ne sais pas où Amanda embauche ses gars, mais il faudra lui dire qu'ils sont vraiment bas de gamme : ils ne savent pas vraiment tirer, et surtout, pas bien malins. Comme Zip et moi l'avions espérer, un mercenaire n'a pas pensé à arrêter son dispositif de traçage. C'était presque trop facile, et Amanda était trop obnubilée par ce qu'elle cherchait pour m'envoyer sur une fausse piste avec le GPS. Zip avait réussi à débusquer Amanda et son équipe dans la jungle indonésienne. Malheureusement (ou heureusement, dépendamment du point de vue) c'était la pleine période des moussons. Une pluie torrentielles s'abattait, comme dans le sud du Mexique, quelques mois auparavant. J'avais tant bien que mal réussi à suivre la piste d'Amanda et me retrouvai en face d'un remarquable temple, quoique légèrement en ruine. Le pluie et le tonnerre émettaient un vacarme assourdissant et empêchaient toute vision à moins de cent mètres. Je pus donc sans problème majeur me faufiler sur le site archéologique. L'entrée principale avait été détruite avec des explosifs et était surveillée par plusieurs hommes de main. Je décidai de passer par le haut, je commençais à savoir comment faire. Ce qu'il y avait de bien dans ces temples en ruine, c'est qu'il manquait toujours un bloc pour pouvoir se frayer un chemin. J'entrai.

*****

Pendant ma chute, il me vint l'idée lumineuse d'utiliser le seul objet à porter de main que j'avais, le bâton de dynamite. Je le pris, le lança à l'opposé d'où je me trouvais et légèrement à la verticale. Comme escompté, il explosa au contact du mur et la détonation me propulsa en face du trou ainsi créé. Je profitai de ce moment d'inertie pour lancer mon grappin à l'intérieur, en espérant qu'il s'accroche à quelque chose. Au Kazakhstan, il y a un an déjà, Zip m'avait dit que j'avais beaucoup de chance et me demandait si j'en étais consciente quand une sortie s'était offerte à moi alors alors que je risquais de griller sur place. Je lui avait rétorqué que tout n'était pas question de chance, que l'adresse était maîtresse dans ce genre de situation. Finalement, tout était question de chance.

Lorsque ma chute reprit, le grappin me rattrapa quelques mètres plus bas, après avoir trouvé un objet métallique sur lequel s'accrocher. Sauvée. Je me hissai dans l'ouverture et fus surprise de tomber sur un tombeau (ma marque de fabrique) et un autre socle en pierre gravée. Pourquoi se casser la tête à construire ces socles mystiques au quatre coins du monde si c'est pour en construire deux, l'un au dessus de l'autre, à une trentaine de mètres d'intervalle ? Je m'approchai du socle. C'était très étrange, le fluide vert circulait à travers les fentes du sol et dans les statues autour du miroir, comme s'il était actif. Le miroir se dressa. Je ne voulus pas voir quelle irrationalité s'y cachait, ici ou à Avalon, aujourd'hui ou hier (le fonctionnement de ce mécanisme reste encore très flou). En revanche, je commençai à comprendre pourquoi le miroir s'était activé.

J'empruntai un passage qui je l'espérait me conduirait en haut. Je dus éviter différents piège montés à l'envers (en fait, c'était plutôt moi qui les subissait dans le mauvais sens puisque les pilleurs sont généralement censés entrer d'abord dans le tombeau plutôt que d'en sortir). Une fois sorti de ce passage, les gardes étaient à l'affut (Amanda avait dû les prévenir que je ne suis pas si facile à avoir). Apparemment, tous les passages donnaient sur le niveau supérieur de la salle principale puisque j'étais retournée au point de départ. Amanda semblait agacée de voir que rien ne se passait après qu'elle ait planté l'épée dans le socle. Deux théories m'ont alors parues probantes. Ou bien le mécanisme est double : deux épées sont nécessaires pour que les miroirs s'enclenchent ; une dans chaque socle. Ou alors le mécanisme est double et inversé : le socle du haut active le miroir du bas et inversement.

Soudain, une explosion interrompit le relatif silence de la grande salle. Tout le temple se mit à trembler. Les dalles de la salle se dérobèrent sous les pieds des mercenaires et les fondations commencèrent à s'écrouler. Ma deuxième théorie s'est donc révélée être la bonne : comme je l'avais expérimenté en Bolivie, si l'épée n'est pas retirée dans un temps imparti, le miroir s'écroule. Amanda pensait que le mécanisme ne fonctionnait pas alors qu'il avait activé le miroir situé en-dessous. Elle a laissé l'épée plantée et le miroir a explosé. C'était peut-être lâche de ma part, mais je quittai la pièce avant la fin de la fête. Tant pis pour Excalibur. Parfois, il faut savoir rester raisonnable ; n'est-ce pas Amanda ?

A en juger par le trou béant ayant remplacé le temple, il y avait plus d'une trentaine de mètre qui m'attendait au fond de la fosse dans laquelle j'étais tombée plus tôt. Tous les mercenaires étaient visiblement tombés ou s'étaient enfuis. Amanda devait être au fond de la fosse. S'était-elle faite protéger par son entité malfaisante ? Impossible de le savoir. Cela me rappela la catastrophe de Paraiso. Sauf que cette fois, vivante ou pas au fond du trou, je n'aurai pas de remords à ne pas la secourir. Elle a pactisé avec une déesse maléfique jurant ma mort et Alister n'est plus à cause d'elle. Peut-être deviens-je à mon tour rancunière ? Ce n'est plus mon problème. Maintenant, direction Londres.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 16:15 
Hors ligne
Simple Raider
Simple Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juin 2012, 14:07
Messages: 21
Sexe: Homme
1476, Florence, Italie

Dans les ruelles de Florence, deux hommes marchandent une relique aux pouvoirs incroyables contre des florins. Après de nombreuses offres, la relique du nom de Satafada trouva finalement un acquéreur. La légende raconte que quiconque la toucherait serait possédé par un esprit vaudou maléfique et serait pris d’une folie meurtrière immédiate irréversible.

2033, Surrey, Angleterre

Il faisait mauvais temps dehors, le bruit des goûtes d’eau frappait violement sur les fenêtres du manoir. Un vacarme incroyable se produisait à l’extérieur, des bruits de crissements de pneus, suivi d’un inconnu qui martela à la porte. Le nouveau majordome de Lara traversa le hall d’entrée pour aller ouvrir la porte. Il découvrit un bébé sur le pas de la porte emmitouflé dans un drap grisonnant. L’enfant était sûrement un prématuré, les yeux clairs, quelques cheveux sur la tête et la peau rosée. Très étonné, il regarda un peu partout pour essayer de trouver qui l’avait posé là. Il vit une voiture partir au loin à toute vitesse et n’eut pas le temps de relever la plaque d’immatriculation. Abasourdi par les évènements, Wilson pris soin de retirer le jeune enfant du froid et de la pluie et le rentra dans le manoir. Le bébé pleurait et ces sons étranges interpellaient Lara qui avait commencé à descendre les marches.

LARA - Mais que se passe t’il ici ?
WILSON - Je ne comprends pas ce qu’il se passe Lara. Un enfant a été déposé devant la porte du manoir.
LARA - Wilson, dépose cet enfant ici (en désignant le canapé) et surveille-le. Je vais appeler les services sociaux.

30 minutes plus tard.
LARA - J’ai réussi à les joindre et ils vont venir rapidement s’en occuper.
WILSON - Très bien.
LARA - N’était-tu pas en train de nettoyer la salle des reliques avant cet évènement Wilson ?
WILSON - Oui, je m’occupais de la relique de Satafada.
LARA - Et bien, retourne-y. Elle est importante et ne doit pas être laissée sans surveillance.
WILSON - J’y vais de ce pas.
LARA (en soupirant) - Dommage que mon ancien majordome Winston ait dû prendre sa retraite, il me manque vraiment… Je vais m’occuper de cet enfant jusqu’à ce que les services sociaux arrivent. Tu peux le faire Lara, ce n’est pas un enfant qui va te faire peur quand même.

15 minutes plus tard.
Wilson revient de la salle des reliques, les yeux exorbités et injectés de sang. Sur le chemin il était visiblement passé par la cuisine car il tenait un couteau à la main. Il arriva dans le dos de Lara qui tenait l’enfant dans ses bras. Lara ne le vit pas de suite, elle jeta un coup d’œil dans le miroir en face et le vit prêt à la poignarder. Lara voulait protéger l’enfant mais elle eut malheureusement le réflexe de se retourner, Wilson égratigna le bras de Lara avec sa lame ainsi qu’une partie de son visage. Lara poussa un énorme crie, fit tomber l’enfant à terre et perdit connaissance.

WILSON - Himotep Okoloa Inkstinamou, Himotep Okoloa Inkstinamou, Mouahahahah. La fin est proche !

Le bébé pleurait à chaude larmes, Lara gisait au sol et Wilson voulait finalement faire durer le plaisir. Il traîna Lara au sol et fit signe à l’enfant en lui disant :

WILSON - Je reviens m’occuper de toi, ne t’inquiète pas.

Il profita de ce moment pour attacher Lara à une chaise de la cuisine en attendant qu’elle se réveille. Le trentenaire avait l’air possédé, il était devenu complètement instable, le teint blafard, les yeux rouges, le costume déchiré. Il n’avait plus la classe d’un majordome et plus rien n’était sous contrôle dans le manoir.

Il se saisit d’un couteau, retourna dans le hall d’entrée et y retrouva le bébé aux yeux clairs qui pleurait toujours. Pris d’un excès de rage, il planta la lame dans la trachée du nouveau né et remonta jusqu’au menton. Il entendit le dernier souffle du bébé qui lui procura un plaisir intense et se mit à rire aux éclats. Wilson emmena le défunt dans la cuisine et le déposa sur le plan de travail.

1 heure plus tard.
L’ambiance était pesante, Lara était toujours attachée à la chaise, elle reprenait peu à peu conscience, sa tête était lourde. Devant elle la table était dressée et une cloche en inox était posée au centre. Wilson se tenait devant elle comme un parfait majordome, serviette sur le bras gauche, prêt à lui servir le repas.

LARA (Nauséeuse) - Mais tu deviens fou ! Pourquoi fais-tu ça ?
WILSON - Chère Lara, c’est l’heure de votre repas.
LARA (Criant) - Je n’ai pas faim, détache moi ! Et qu’à tu fais de l’enfant ?
WILSON (Calme) - Vous désirez un apéritif ?
LARA - La folie s’est emparée de toi, je ne comprends pas.
WILSON - Himotep Okoloa Inkstinamou.
LARA - Mon dieu, c’est la relique, il a touché la relique.

Le majordome était étrangement calme, le manoir aussi, on entendait même le tic tac de l’horloge. Seule la voix de Lara résonnait dans les couloirs de la demeure.

WILSON - J’ai préparé un repas exquis pour vous, la viande était tendre, je n’ai pas eu de mal à la découper au couteau électrique. Il est maintenant l’heure de manger.

Il souleva la cloche en inox, au milieu du plat trônait la tête du nouveau né dans un bain de sang. Le reste du corps bouillonnait encore dans la casserole.

LARA (Furieuse) - Mon dieu Wilson ! Mais pourquoi ?! Il ne méritait pas ça. Tu n’es qu’un enfoiré, tu ne me feras pas manger ce pauvre enfant.
WILSON - Oh mais si, vous avez peut-être les bras attachés mais ça ne m’empêchera de vous donner à manger.

Il alla chercher une jambe de l’enfant dans la casserole et commença à la découper dans l’assiette face à Lara.

LARA - Non, laisse-moi ! Salaud !

Lara se débattait mais il n’y avait rien à faire, le trentenaire lui attrapa la mâchoire et lui mis de force ce morceau de chair humaine dans la bouche. Il la força à mâcher en lui mettant un coup de poing et en lui serrant la mâchoire avec ses deux mains. La scène était d’une violence inouie, Lara pleurait et était en même temps furieuse contre lui. Plus il la frappait et la forçait, plus son sentiment de vengeance augmentait. A ce moment, une personne sonna à la porte d’entrée. Lara allait avoir quelques minutes de répit après ces longues minutes éprouvantes. Le majordome traversa le hall et alla ouvrir.

WILSON - Bonjour, que puis-je pour vous ?
L’ASSISTANCE SOCIALE - Bonjour, je suis Madame Durant, nous avons reçu un appel nous signalant un enfant abandonné à la porte de ce manoir.
WILSON - Oui Madame, c’est bien ici. Entrez donc je vous en prie, puis-je vous servir quelque chose ?
MME DURANT - Non merci monsieur, où est l’enfant ?
WILSON - Je vais le chercher de suite. Asseyiez-vous sur le canapé je vous prie.

Il allait une fois de plus se diriger vers la cuisine quand soudain Lara surgit dans le hall.

LARA - Tu vas payer pour ce que tu as fais à cet enfant.
MME DURANT - Pardon ?
LARA - Il a tué ce nouveau né, cet homme est malade.
WILSON - Mais non, je lui ai donné ce qu’il méritait à ce petit batard.
MME DURANT (Effrayée) - Mon dieu, je n’y crois pas, c’est impossible.
LARA (Pointant son arme sur Wilson) - C’est fini, tu vas payer.
WILSON (Riant) - Ça ne changera rien au fait que tu as bouffé ce gosse.
MME DURANT (Apeurée) - Stop, arrêtez tous ça.
LARA (Énervée et pleurant) - Adieu, désolé Wilson.

Lara tira une balle dans la tête de Wilson, il s’écroula au sol. Lara n’arrivait plus à parler, elle encaissait tout ce qui venait de se passer et l’assistance sociale en pleure était choquée par cette scène irréaliste à laquelle elle venait d’assister.

The End.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 19:11 
Hors ligne
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2013, 09:22
Messages: 11
Sexe: Homme
Ayant une certaine fascination pour le deuxième jeu de la série, j'ai décidé de mettre le jeu au gout du jour et de vous la faire partager d'une toute autre façon. Non plus comme un jeu de plateforme, mais comme une réelle aventure. Bien sur j'ai du rajouter, mais aussi retirer des passages. En espérant que celà vous plaise :')

TOMB RAIDER, LA DAGUE DE XIAN

Là ou tout commence : Cette délicieuse envie d'aventure m'atteint à nouveau depuis mon combat contre cette déesse atlante. Je la vois enfin, je me rapproche de la célèbre muraille de Chine, la découvrant du ciel en hélicoptère. L'échelle lâchée, j'entreprends ma descente vers ma nouvelle quête.
J'y suis, les jambes dans les grandes herbes, je m'avance, mes pieds foulent les pavés, une brèche plus loin me permet d'accéder à une grotte en contrebas. J'y vois une ouverture en hauteur donc j'entreprends un peu d'escalade tout en saluant mon pilote du ciel. À ce moment, un tigre surgit dans mon dos, mais mes pistolets ne lui on pas laisser le temps de lever une patte. Après mes premiers efforts, je me retrouve alors à l'air libre où deux vautours volent au-dessus de la muraille. Au loin, une porte. Fermée... J'y distingue un bassin en bas, le risque m'appelle. Imitant les oiseaux, je saute tel un ange, plongeant dans l'eau. Une clé gît au fond. Une fois en sa possession, je retourne à cette porte me bloquant le passage. Ce qui suit n'est pas de tout repos, ce n'est que pièges d'ensevelissement et pics ensanglantés qui m'attendent. Plusieurs mètres de danger et me voilà au bord d'une grande fosse sombre, d'où j'entends des rugissements plutôt familiers. Ma curiosité m'éveille, mais je me concentre sur le pourquoi de ma venue. Une tyrolienne est tendue jusqu'à l'autre terre face à moi, chance ou non, je constate que je ne suis pas seule à venir par ici. Je me suspends et apprécie cette montée d'adrénaline. Accueillie par deux tigres, ils subissent le même sort que leur ami. Elle est là, devant moi, la porte du Temple de Xian. Quel est ce symbole...

Première rencontre : Un cri m'alerte dans mon dos, un homme me saute dessus armé d'une clé anglaise. Je n'ai que le temps de l'éviter pour qu'il se cogne contre la porte, je pointe alors mes pistolets tels des interrogateurs, je le mets en joue. Un homme de la mafia italienne. Quelques questions plus tard, l'homme lâche le nom de Marco Bartoli, avant de boire le contenu d'un flacon, le conduisant droit au suicide. Des recherches sur ce dénommé Marco me mènent à Venise, que j'aime cet endroit, mais je n'ai malheureusement pas le temps pour du tourisme.

Le long de mon voyage, je me pose des questions sur l'homme que j'ai rencontré... "Mais si vous ne faites pas preuve de fidélité vous aussi" ... Quel serment de fidélité, et pour qui ? Marco Bartoli ? Que voudra-t-il faire de la dague ? Pas le temps de m'embrouiller de toutes ces questions, j'aperçois les routes aquatiques et les gondoles, j'aurais mes réponses bientôt.

Il met difficile de trouver enfin la cache de Marco, difficile mais pas impossible, je pense qu'il ne sait pas encore qui je suis. Il semble prendre la fuite, et ne me laisse que ces acolytes stagiaires en guise d'accueil. J'atteins un vieil opéra, là où Marco semble s'être réfugie et compte me faire faut bond. Je ne l'entends pas de cette oreille. Une scène inondée, des rideaux rongés par les mites, le fantôme de l'opéra n'a rien à jalouser des rats que je rencontre dans ces sous-sols. Je suis essoufflée de cette course-poursuite, lorsque j'arrive enfin à l'arrière du bâtiment, j'entends le moteur d'un avion, je me presse et embarque clandestinement à l'arrière de l'avion avant son décollage.

Me voilà épuisé, le décor de Venise s'éloigne, ou se dirige-t-il ? Des caisses du même symbole que la porte du temple gisent dans un coin. J'en découvre le contenu, plusieurs babioles sans valeurs, d'aspect chinois. Non, tibétain. Je suis arraché à mes réflexions par une violente secousse qui m'envoie cogner contre les caisses. Deux hommes semblent se disputer dans le cockpit. Je me relève, dégageant une lourde caisse. Mes 9mm en mains, je fixe l'échelle d'accès. Je n'ai que le temps d'entendre le vrombissement d'un rail de glissière que je ressens une grosse douleur à la tête puis plus rien.

Prisonnière : Je me réveille enfermé dans une pièce. Sans armes. Pour le coup, le courant n'est vraiment pas passé. Après plusieurs essais, je découvre un interrupteur dans un conduit de la pièce me permettant de m'échapper. Des gardes arrivent avec leurs bâtons, je n'ai pas d'autre choix que de plonger dans l'eau où flotte l'avion de Marco. L'air me manque, je vois une trappe sous l'avion et nage jusqu'à elle. Je reprends mon souffle et aperçois avec plaisir non caché, mes armes que j'empoigne avec détermination, il ne me reste plus qu'à me frayer un chemin parmi ces costauds. Le chemin est long et pavé de technologie, j'en déduis être sur une plate-forme pétrolière, mais pourquoi ? Que cherche-t-il au fond de l'eau ? Sur mon chemin, un petit sous-marin jaune se fait remarquer, je n'y prête pas attention, alors j'entends des coups de feu, je presse donc le pas et découvre un moine se faisant attaquer par des gardes. Une fois débarrassez de ces vermines, je vérifie l'état de cet homme.

- Ah! Vous n'êtes pas une des leur, s'étonna-t-il.
- Mais vous êtes un moine ! Qu'est-ce que vous faites ici, avec Marco Bartoli?
- Frère Tchang Barkhang, je n'ai rien avoir avec cette abomination ! J'ai toujours vécu dans la vertu. Je suis ici pour des raisons ancrées au cœur d'un mal nécessaire. Car mon père est venu ici avant moi, quand il a envoyé le bateau de Gianni par le fond. Et voilà que je suis ici, que j'étais ici, pour empêcher son fils de reprendre le Séraph.
- Le Séraph? , lui demandais-je, tout en me changeant dans une tenue plus aquatique, trônant sur un mur de la pièce,
- Ils veulent le Séraph pour ouvrir un trésor malfaisant, qui est dans notre monastère au Tibet. Nous n'avons plus la clé depuis son vol par de stupides vagabonds, il y a plusieurs siècles. Il ne nous restait plus qu'à prier pour protéger le trésor, mais un jour l'infâme Gianni a retrouvé la clé. Nous savions que les ennuis n'allaient pas tarder: il a redonné vie à une ancienne croyance, quelque chose que toutes les prières du monde ne pourraient arrêter, et cette croyance revît aujourd'hui. Marco rongé par la folie et la violence, mais il n'a pas encore le pouvoir de la satisfaire. Nous avons du une fois de plus ressortir nos armes.
- Le seul vrai remède contre le mal.

Le bruit perçant de balle sifflota à mon oreille, finissant sa trajectoire dans la poitrine du pauvre frère. Rapidement je portai mes mains à mes holsters, empoigna mes armes et mis en joue l'agresseur. Un homme sombre, tout vêtu de noir, Marco Bartoli. Frère Tchang ne survit pas, je m'empresse de courir à la salle d'immersion ou la sirène retenti, signalant la mise à l'eau du sous-marin. Pas le temps de réfléchir, je plonge, saisissant une attache sur le haut du véhicule, tout en espérant avoir pris assez d'air dans mes poumons.

Plus nous descendions dans les profondeurs et plus l'eau devenait froide. La lumière s'assombrit pour ne laisser place qu'à des ténèbres peuplées de créatures marines. Une peur m'envahit, un requin força la pénombre, ses dents brillèrent à l'approche de l'éclairage du sous-marin. En pleine panique, le contrôleur esquiva la bête mais cogna à toute vitesse une roche qui plissa à sa rencontre. Jeté comme une poupée par l'impact, je vois les lampes qui vacillent, comme l'espoir qui disparaît dans cette nuit aquatique. Je me retrouve à plusieurs brasses de fond avec plus beaucoup d'air pour survivre et pour couronner le tableau, deux requins me souriaient de toutes leurs dents. Une torche en main, j'éclaire les profondeurs et balaye le fond à la cherche d'un chemin quand des bidons "M. Doria" me mit sur la piste de la carcasse abandonnée. Le voilà, je nageais jusqu'à une faille, pénétrant le paquebot comme un tombeau égyptien. Enfin de l'air. J'étais soulagé de voir que la pression du naufrage n'avait pas inondé toute l'épave.

L'épave : La coque rouillée ronronnait et se mettait en rythme avec les gouttes qui s'échappaient de la moindre fissure. Prudemment j'avance quand le sol trembla sous mes pieds puis se déroba, je tombe d'une hauteur et me heurta lourdement là tête contre un carrelage azur brillant. Je me relève difficilement pour lever les yeux au plafond, ou plutôt au sol. Plus rien n'avais de sens ici, le paquebot s'était retourné pendant qu'il sombrait. Je venais de tomber du fond d'une piscine somptueuse, la douleur à la tête me rappelle pourtant que je suis toujours vivante est qu'il me faut continuer.

Traversant les quartiers d'équipage où je suis malmené par quelques hommes de Marco, j'atteins le pont du bateau qui avait creusé une grotte au sec. Glissant d'écume et le bois pourri avait creusé le bateau m'empêchant d'avancer, je n'ai eu que pour d'autre solution que de me jeter à l'eau en contrebas avant de me faire agresser par un homme avec un lance-flamme à ma sortie. Percé de mes balles, je remarque une porte que l'homme avait essayée de forcer au loin. Toujours fermée et bien coincée, avec délicatesse, j'empoigne son arme et la combine d'une grenade. Viser. Tirer. Exploser. Éclaté de tout côté l'ouverture dans la porte révèle peu à peu un objet doré dans l'ombre. Si près de mon but, je ne peux faire marche arrière et m'empare alors du Séraph, clé du monastère tibétain.

Je souffle enfin, réfléchissant à un moyen de remonter à la surface quand je pense à la trappe de secours du sous-marin. Marche arrière toute, je retrouve le véhicule au fond de l'eau, fouille et trouve un ballon d'air comprimé. J'enclenche la capsule et m'accroche, le ballon me tire en hauteur et je dépasse alors les deux requins de l'accident. Les rayons du soleil traversent l'ombre-ment. La surface rejoint alors mon visage, je peux enfin laisser mes poumons se remplirent d'air pur. Non loin la plate-forme pétrolière où je fus prisonnière me fit face, ainsi que l'avion italien. Direction le Tibet.

L'antre glacial : Le temps de me changer, je m'installe aux commandes. Plein gaz l'avion s'envole dans les montagnes nuageuses. Un beau manteau d'aviateur se propose à moi sur le siège voisin. Je descendis plus bas, le paysage blanc se découvrit à moi. Mais ce ne fut pas la seule surprise, le voyant du carburant s'agita rouge comme feu. Tirant comme une folle sur le manche en espérant gagner de l'altitude voyant le nez de l'avion qui menace les pics de glaces. Parachute sur le dos, j'enclenche le siège éjectable qui me propulse dans les hauteurs enneigées, là ou j'assiste à ce qu'aurait pu être ma mort. L'avion se fracassa et se compressa contre un rocher, faisant un joli feu d'artifice.

Après avoir parcouru quelques kilomètres dans la neige, je tombe encore une fois arme-à-armes avec des hommes de main, chevauchant des motoneiges armés de mitraillettes. Je ne suis pas une voleuse dans l'âme, mais pour le coup, ils m'ont cherché. Non sans permission, je saute sur le véhicule meurtrier et peu importe ce qui me barre la route, je fonce droit devant.

Je m'approche du monastère que Frère Tchang m'avait parlé. Là, un groupe de moines se fait attaquer, je décide de leur porter mon aide. Le ménage fait, j'informe aux moines ce pour quoi je suis venue, ainsi que ma rencontre avec un de leur frère. Poliment, ils sont d'accord pour me laisser entrer dans ce qu'ils appellent les Catacombes du Talion, l'endroit où repose la fameuse et dernière clé me menant au Temple. Mais à une condition : que j'y aille seule. Le contraire m'aurait étonnée.
Sur le chemin menant à la porte des catacombes, attendant de recevoir le Seraph, les moines m'informent que le Talion ne se trouve pas à proprement dit dans les catacombes, mais dans le Palais des Glaces, mais qu'elle n'est pas la seule à y trouver le sommeil. Un gardien me dit-il.

- N'avez-vous aucune crainte de la bête ?
- Non. Vous savez, j'ai de très bons amis qui me sont fidèles, répondis-je en agitant mes armes.
- Bien mademoiselle. Sachez que pour entrer au palais des glaces, il vous faudra le marteau du palais. Seul ce marteau peut faire résonner le bon son en frappant le gong pour exploser la glace protégeant la clé. Souvenez-vous, d'autres créatures vous attendront.
- Charmant. Vous savez, je ne fais ça que pour le sport.
- Allez-y.

Je salue mes nouveaux amis et insère le Seraph dans le réceptacle. Prudemment, j'avance dans ce tombeau de glace, la mort me frôle par de tranchantes stalactites qui me menace comme une épée de Damoclès. Dans une salle inondée, le froid a gelé la surface comme une patinoire, mes bottes, craquant la neige sur ce sol transparent. Je m'approche d'un objet d'or pur, le marteau du gong étant emprisonné par cette eau glacée, se trouvait sous mes pieds. Un rapide coup d'œil au dessus de ma tête pour apercevoir une énorme vasque de lave qui bouillonnait, creusant de minuscules trous dans la glace en dessous d'elle. Si je pouvais trouver le moyen de faire basculer le contenu, la glace fondra comme neige au soleil, m'ouvrant le passage.

Convaincu par mon idée, je cours jusqu'à la grimpette face à moi, rejoignit la hauteur du bol brûlant. La vasque se trouve à quelques centimètres de moi, je prends appui et pousse violemment de mes pieds le bord de cette dernière. La lave vomit un son effrayant, de la vapeur embauma la salle. Un saut gracieux dans cette piscine réchauffée et je m'empare du marteau. Le temps presse car lorsque je retourne sur la glace encore dure, des grognements me procura des frisons dans mon dos, j'aperçus alors quartes grosses masses d'un poil immaculés blanc, quant à ce que je suppose être la tête, des crocs acérés et recouvert de sang me fait signe de ne pas traîner.

Courant dans la direction opposé, je charge mon fusil à pompe et tente de reculer mes assaillants. Lorsque je heurtai un mur, me sentant prise au piège par ces créatures, mon instinct me dit de ne pas perdre de temps à les combattre, mais plutôt d'empreinte ce charmant pont à moitié branlant à l'étage d'au dessus. Appui sur le mur, puis un saut arrière et je me retrouve sur ces planches au bois douteux.

Les cris des bêtes sont toujours en bruit de fond lorsque je m'avance jusqu'au bout de cette plate-forme. J'entre dans ce qui me semble être un cul-de-sac quand je vis au fond un trou d'une profondeur de plusieurs mètres. Un peu de courage et je me laisse glisser le long du bord et lâche prise. Je tombe fasse à une plaque grande de 2 mètres, d'un orange cuivré où est incrustée la forme d'une bête semblable à un yéti. Un sourire en coin et j'empoigne mon marteau et cogne de toutes mes forces contre l'instrument. Résonne alors un bruit aigu d'une force incroyable, suivi d'un éclat de glace de toute part. « Je ne pense pas être la plus minutieuse des archéologues » me dis-je.

Glissant au sol, dans une crypte au milieu, était posé le Talion. Une fois dans mes mains, je pousse un long soupir, ma quête s'achèvera bientôt, je m'approche de mon but. De retour dans le palais, un tremblement fit tomber des morceaux de glace. Levant les yeux, une bête grisâtre essaya de me caresser le visage de ses griffes aiguisées. Réflexe d'aventurière aguerrie, un saut arrière et seul mon manteau de fortune se retrouva décousu.

- Alors c'est toi le gardien ? Nous n'avons pas été convenablement présentés, dis-je en brandissant mon lance-grenade. Mon nom est Lara. Lara Croft.

Malheureusement, je n'ai eu en réponse qu'un rugissement et filet de bave qui vola dans ma tresse... Le combat est long et m'épuise. Mais mes grenades suffisent pour casser la peau qui forme l'armure du gardien. Lorsque je vois sa poitrine rouge sang, je sors de ma cachette, met face à son poitrail, mon fusil à canon et le canarde de chevrotine. La bête s'écroule enfin, je n'ai qu'une envie, partir loin de cet endroit glacial.

Je me fraye un passage dans une faille de la tanière du gardien et je retrouve l'air pur. La neige tombe abondement. Une jeep me fait les yeux doux, discrètement, je me glisse sur le siège passager. J'allume plein phare, aveuglant son propriétaire devant la voiture, et appuis sur la pédale de frein. Direction le temple, mais bien sur des hommes me poursuivent en voiture. Je mets les gaz jusqu'à remarquer un vide d'une chute mortelle droit devant. Pied au plancher, le véhicule s'envole dans les airs pour faire brailler les suspensions de retour sur la terre ferme de l'autre coté. Ayant enfin semer mes chers compagnons. Il ne me reste plus qu'à retourner là ou tout à commencer.

Tout ce qui commence doit se finir : Les pneus crissèrent à mon arrivée, la muraille se tenait devant moi, de nuit elle paraissait encore plus mystérieuse. J'abandonne mon manteau d'aviateur puis me retrouve devant la porte. J'insère le Talion dans son réceptacle. Le symbole d'un dragon doré apparu sur le rideau rouge qui orné la porte et pivota, créant l'ouverture menant au Temple. Je monte les marches et sursautai lorsque les portes derrière moi se refermèrent dans un claquement sourd. Je me retrouve dans le noir complet et en un instant une rangée de chandelier en forme de dragon pris feu, éclairant mon chemin jusqu'à la salle où j'ai cru apercevoir l'écrin où la Dague est emprisonnée. J'avance dans ce couloir silencieux, m'approche de l'autel.

C'est bien elle, la Dague de Xian, le pouvoir du dragon. Son histoire remonte à des siècles. Un jour, un empereur chinois aurait alors combattu une armée d'homme hybride, qui avait la particularité de cracher du feu, leur chef, Ty Liu Xian, mi-homme mi-dragon fut assassiné par l'empereur. En témoignage, l'empereur décida d'ancrer sa victoire dans un poignard, en incrustant des écailles de dragon dans les yeux de la dague et de tremper la lame dans le sang du cœur de la bête. Voulant rester à la tête de son pouvoir, et voulant dominer la Chine, un jour, l'empereur se poignarda, enfonçant la lame dans son cœur et fut alors possédé par l'esprit mystique de Xian.

Cette pièce est d'une rareté inestimable... Avec précaution et tendresse, j'approche ma main du manche ornée de fils d'or tressés, les yeux réagis à mon approche, brillant d'une lumière violette. Pas assez prudente et poussée par ma curiosité, une trappe s'ouvre sous mes pieds, m'envoyant dans les profondeurs du Temple, m'éloignant encore plus de la dague. Survivant à un éboulement, je tombe dans un cour d'eau m'emmenant au bord d'une cascade où je fais une chute de plusieurs mètres avant de replonger à nouveau où deux charmantes murènes m'attendent. Un bout de terre au loin d'un conduit m'indique une sortie. Hors de l'eau, je me fais agresser par un énorme matou qui n'a décidément par envie de câlin, mais plutôt de viande. Je lui donne sa dose de tranquillisant quand je me mets à nouveau en route pour trouver un moyen de retourner à la dague avant que Marco ne puisse l'atteindre.

Tout n'est que pièges dans ce temple, entre pieux ensanglantés, lave en ébullition, lames aiguisées et autres conduits inondés, je n'ai vraiment pas le temps de souffler. J'arrive dans une grotte sombre où une odeur de mort rode dans l'air. J'avance non sur de ce qui va arriver, les mains sur mes holsters, prête à tirer. L'endroit ressemble plus à une tanière qu'une grotte, à contre cœur, je suis obligée de constater des cadavres ou reste d'humains squelettiques, enveloppés dans une soie collante. J'entends derrière moi un claquement comme du morse. D'un coup d'œil en coin, je me retourne doucement quand je me retrouve face à une araignée géante, les pattes battantes et les mandibules relevées, proposant un tendre baiser de ces crocs venimeux. L'arachnide se jette sur moi, à terre, je repousse ses crocs du mieux que je peux et remonte mes jambes pour pousser son abdomen avec mes pieds. Je saisis un de mes 9mm et la canarde de projectile. Dans un cri affreux, l'arachnide se couche. Je ne suis pas arachnophobe, mais la taille est tout de même imposante...

Plusieurs autres de ces salles bêtes descendent du plafond, le temps de les mettre toutes en joue de mes uzis, je distingue une ouverture en haut de ce charnier arachnéens. Mitraillettes en main, je fis trembler les bestioles et cours au petit mont de terre, fit un saut au dessus d'une amie à huit pattes tout en aspergeant l'abdomen d'une rafale. Je grimpe un peu plus en hauteur. M'accroche à une vieille toile ou gît un cadavre en pleine digestion et saute une dernière fois. Un gracieux poirier et je dis au revoir aux arachnides d'un rapide coup d'œil et un sourire.

Devant moi se dresse une énorme et imposante statue de dragon, recouvert de jade et autres pierres magnifiques. Le détail est impressionnant, mais le temps est compté. Une échelle me permet de remonter toute la hauteur, l'escalade n'est pas sans risques, car des lames claquent à intervalle irrégulière me ralentissent. Des psalmodies se font entendre, je cours en direction de ces sons et me retrouve dans les hauteurs de la salle sacrificielle. Marco est sur l'autel, la dague en main. Autour de lui, quarts membres en tenues de cérémonie. D'un coup bref, le protagoniste se poignarde en plein cœur, traînant son sang sur les yeux du poignard. La mort l'emporte, ses fidèles récupèrent avec une grâce déconcertante son cadavre et se dirige vers un passage d'un fond brumeux.
D'un saut et déterminée, je fais face à ce monde dont je ne connais rien, je m'enfonce dans la brume.

Le monde mystique : Des îles à perte de vue, un vide sans fond, des plates-formes vertes et des bruits mystiques, comme des chants religieux se font entendre dans l'air. Quel est cet endroit... Pas le moindre faux pas ou bien, c'est le grand plongeon. Au bout de ce pont vert brillant se dresse une double porte, gravée de symboles chinois, je déchiffre alors les écritures :

« Peinte d'écailles, la peau se durcira, l'œil humain se teindra pourpre, les canines s'aiguiseront et l'aspect deviendra dragon. La dague source de pouvoir, enflamme l'organe, mais pas l'âme. Chasse le dragon du cœur pour que les flammes se meurent. »

Un bruit me sortit de ma réflexion, je fis volte face et aperçu deux statues de pierre en lévitation s'approchant de moi, tenant dans leurs mains des épées gigantesques. Non pas par peur, mais pas prudence, je passe la porte, leur bloquant l'opportunité de me toucher.

Une salle aux piliers, plus imposant les uns que les autres, avec au fond une porte creusée dans un mur d'or. Au milieu, une scène ou le corps de Marco Bartoli gît sans vie. Je m'approche en courant, décidée à mettre fin à cette folie. Évidemment tout ne se passe pas comme j'aurai pu l’espérer. A quelques mètres de lui, une aura verte surgissais de sa poitrine , accompagnée de faisceaux lumineux. Telle une barrière protectrice, elle me propulsa en arrière. La lumière m'aveugla et j'entendis un rugissement à me glacer le sang, je sors mes précieux uzis de leurs écrins et ouvre les yeux.

Devant moi, une effroyablement belle est majestueuse bête se tenait devant moi. Un dragon. Xian. Ses écailles scintillaient comme si le feu caressaient les moindres parcelles de son corps. Des yeux d'améthyste d'une pureté incroyablement fascinante. Mais j'ai trouvé cette créature beaucoup moins amicale lorsqu'elle voulut me rôtir tel une entrecôte sur son grill. J'esquive les flammes d'un saut de coter avant d'appuyer sur la gâchette, les balles se logèrent dans son corps et creusaient sa peau. Le combat risquera d'être long, mais cela est efficace. Je continue mon acharnement, tout en maintenant une distance de sécurité avec le monstre.

La bête se cambra, cria de douleur et s'effondra comme un homme qui venait d'être vide de courage. « Chasse le dragon du cœur pour que les flammes se meurent. » Ces mots se cognaient dans ma tête, mais trop occupée à cribler mon ennemi, je n'eus pas le temps de les comprendre. Mais c'est quand j'ai vu des auras vertes se dirigeant vers sa poitrine que je compris. Courant à toute vitesse, quelques acrobaties entre ses pattes évitant la moindre attaque, je vis la dague plantée dans son cœur. Les yeux du dragon sur le manche devenaient rouge quand je la saisi, me brûlant la main. Je tire alors de toutes mes forces et l'en dégageai de son poitrail. Une lumière blanche sortait de sa plaie.

Le ciel devint rouge et la peau de la bête se figea, les écailles tombèrent une à une, maigrissant et se creusa autour de son squelette. Le dragon est mort.
La salle commença à trembler, cassant les piliers en morceaux, brisant la porte que j'avais espéré être une porte de sortie. Je mis la dague dans mon sac, sprintant jusqu'à la porte et m'engouffra dans le tunnel rocailleux. Une explosion poussait les parois contre moi, les flammes me poursuivaient et je sentais la chaleur dans mon dos. Pleine d'espoir, je vis la lumière du soleil au bout de ce long chemin, je puisai dans toutes mes forces et atteint enfin la sortie, l'explosion me jeta sur le sol terreux en contrebas de la muraille. Épuisé et sous le choc, je m'évanouis...

Je me réveille et constate les dégâts que le monument à subi, les courbatures dans le dos me rappellent combien cette aventure n'était pas de tout repos. Un vautour tourne dans le ciel, surveillant son repas, mais je ne tiens vraiment pas à rester ici.

Home Sweet Home : De retour chez moi, je constate avec épuisement la douleur que je ressens dans mon corps après toutes mes épreuves, je décide de me faire couler un bon bain chaud, j'enfile ma robe de chambre bleu-nuit en soie, cela me change des ronces et des épines. Je m'apprête à descendre à ma salle des trésors, pour y laisser dormir la dague quand l'alarme du manoir pleura à mes oreilles. Je scellai la dague à la ceinture de ma robe, empoignai mon fusil à pompe et d'un visage déterminé, je descendis dans le hall.

- J'espérais pouvoir être enfin tranquille, dis-je en armant la crosse de mon fusil, et c'est reparti !

THE END

Bien sur, vous savez ce qui va se passer pour la suite. ;)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 20:39 
Hors ligne
Caporal Raider
Caporal Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Mar 2013, 18:59
Messages: 91
Localisation: en Charente-maritime
Sexe: Homme
Voici ma fiction que je poste pour l'instant avec ce lien qui vous amènera y amènera, Cliquez ICI :wink:
Demain soir je mettrais le version PDF ( si mon ordinateur veut bien ouvrir la fenêtre )
/!\Ma fiction risque d'avoir une mise à jour/!\

( Désoler mais je peut pas faire plus court )

_________________
Nous sommes tous des survivants...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 21:44 
Hors ligne
Adjudant Raider
Adjudant Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2007, 16:23
Messages: 984
Localisation: Racoon City
Sexe: Homme
Bonsoir à tous ! N'ayant pas assez de temps pour faire une fanfic de taille convenable à cause de mes partiels... je poste une petite histoire comique sur Lara :)



Le Noël perdu de Lara.


Allongée dans son immense et luxueux baldaquin, Lara s'immergea dans le songe:
- Demain nous serons la veille de Noël, je n'ai encore rien prévu pour ça... J'espère que la paire de pantoufles en laine verte kaki plaira à l'esclave, oups je veux dire Winston.
Le côté cynique et médisant de Lara n'avait pas disparu depuis sa rencontre avec Natla.
Prise par une envie de se dégourdir les jambes, elle se leva, déambula dans sa chambre et sortit. Elle traversa le couloir d'un pas assuré et arriva au grand hall.

Alors qu'elle se promenait dans la vaste salle, rénovée aux suites des attaques de la Doppelganger, elle entendit des grognements sourds. Elle baissa les yeux et constata avec horreur, son chien "Amandine" qui se déléctait des pantoufles verts kakis prévues pour le majordome.
- Mince ! Le cadeau de l'esclave ! De Winston pardon, c'est de ta faute sale clebs ! Quelle idée Amanda a reçue pour m'offrir cette boule de poil laide qui passe son temps à baver partout?
Lara décida de punir le chien, elle l'attrapa par le col et le traina de force dans son immense cuisine, elle actionna un interrupteur sur le mur, et enferma le chien dans la chambre froide.
Elle retourna dans le hall, tout en évitant Winston qui passait l'aspirateur sur tout les tapis onéreux.
- Hum... Il faut que je lui trouve un cadeau de remplacement, sinon il va me poursuivre partout avec son plateau de thé à la main !
Elle prit quelques secondes pour réfléchir et se décida enfin :
- Je vais à Darty ! Oh mince... Nous sommes la veille et la foule est légion... Mais d'abord allons voir notre chère Amanda...

Elle sortit de son humble demeure et emprunta les routes sinueuses à l'aide de sa moto.
Elle arriva quelques minutes plus tard chez sa "meilleure amie". Le soleil était déjà couché et la pénombre arborait les lieux.
Elle s'approcha discrètement de la fenêtre et vit avec jalousie, Amanda qui préparait son plateau télé.
Elle profita du moment où son amie monta au premier étage, pour entrer par effraction. Elle actionna la clé qui était entreposée sur la serrure et pénétra dans la minuscule maison d'Evert. De sa poche elle sortit un petit flacon qu'elle vida dans le plateau préparé.
- Joyeux Noël Amanda... Ça c'est pour ton sale clebs !
Lara referma la petite bouteille de laxatif vidée et sortit avec précipitation, comme si le regard foudroyant de son amie aurait été aussi fatal qu'une fosse à piques.

- Bon maintenant direction Darty !
Il était 21h30, tout les magasins étaient déjà fermés.
Arrivées devant le centre commercial, elle revêtit sa combinaison de cuir, moulant sa physionomie exagérée, et pour s'ajouter un genre, elle mit ses fidèles lunettes fumantes. Elle escalada le premier tuyau qu'elle trouva et atteignit le toit sans le moindre effort.
Lara se faufila dans le conduit d'aération et prépara ses armes au moindre bruits suspects. Elle tourna au carrefour et prit à gauche. Perdue, elle sortit son PDA que Zip lui avait donné et parvint à trouver la carte des lieux.
En un instant elle descendit grâce à une trappe et atterit en plein coeur du centre commercial, plongé dans les ténèbres.
Elle aperçut à sa droite, le magasin qu'elle recherchait et se hâta. La grille était abaissée et elle pourrait l'ouvrir que grâce à la clé.
Lara entendit des pas approchant et alla se réfugier près d'un stand de smoothies.
Deux gardes surveillèrent l'endroit.
Elle leva la tête et tira des flèches tranquilisantes pour immobiliser les gardes.
- Joyeux Noël mes cocos.
Lara ramassa la pièce manquante et ouvrit la grille du magasin.

Elle se promenait avec vigueur dans la grande boutique et cherchait du regard, un objet ménager utile pour son "esclave".
Alors qu'elle arriva au rayon des petits appareils électroménagers, Lara entendit des plaintes aigües :
- Oh lala ! Mais qu'est-ce que cela fiche ici ?!
L'anglaise contourna le rayon et aperçut une vieille connaissance :
- Natla ? Mais que fais tu ici ?
L'interpellée se retourna avec fureur et se calma aussitôt.
- Oh bonsoir Lara, je suis en manque d'inspiration pour récompenser mon esclave, la Doppelganger.
- Oh tu es aussi ici pour un cadeau de dernière minute alors ?
L'humeur de Natla changea subitement et s'en prit à Lara :
- TON COEUR EST AUSSI NOIR QUE LE MIEN ! J'ai vu tu viens de blesser deux hommes innocents et tu t'apprêtes à voler ! Et c'est moi qu'on accuse ? En plus je viens tout juste de sortir de mes séances de chirurgie esthétique après le coup de marteau que tu m'as donné ! Grognasse !
- Et tu vas tout de suite lacher cette cafetière ! Elle est à moi, c'est l'artefact que je veux donner à l'esclave !
Natla répliqua :
- Tu peux toujours rêver grosse Lara, en plus cette tenue mets tes seins triangulaires en valeur !

Natla déploya ses ailes, renversant au passage deux étagères et s'éleva. Elle se cogna au plafond, se rappelant la petite taille du magasin. Elle se concentra et envoya une boule de feu vers l'Anglaise. Lara esquiva sans la moindre difficulté et commença à tirer sournoisement sur la déesse Atlante.
Les balles n'eurent que très peu d'effet sur Natla et elle en profita pour envoyer d'autres salves brûlantes.
Lara enchaîna avec des sauts de côtés et des sauts arrières en provoquant :
- Tu vas mourir toi aussi !!
Une balle atteignit la joue gauche de Natla et elle s'écria :
- Non !! Mon maquillage !!
Étant distraite par l'éraflure sur son visage, Natla ne prêta pas attention au panneau de promotions spécial Noël et tomba lourdement sur le sol.
Lara s'approcha, jeta son grappin sur la plus haute étagère et la fit tomber sur sa rivale.
- Joyeux Noël Natla !
Elle marcha vers les décombres et aperçut la dernière cafetière du magasin, seule survivante de cette lutte. Elle la prit dans ses bras et s'éclipsa de Darty.
Elle regagna sa moto et rentra dans son immense manoir.

Le jour suivant, la veille de Noël, accroupie au coin de la cheminée avec le cadeau obtenu si difficilement, Lara attendait son récepteur.
Winston apparut dans le hall, lui aussi avec un présent.
- Joyeux Noël Lady Croft !
Lara esquissa un sourire chaleureux et répondit :
- Joyeux Noël esc... Winston !!
Ils s'échangèrent leur cadeau et se séparèrent chacun dans leur coin.
Lara ouvrit avec précipitation le paquet et vit avec grande surprise, la même cafetière...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 22:22 
Hors ligne
Colonel Raider
Colonel Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juin 2005, 15:47
Messages: 5952
Localisation: Dans une galaxie lointaine
Sexe: Femme
Ayant remarqué qu'un simple copié collé présentait les dialogues d'une manière totalement foireuse rendant mon gros pavé totalement inlisable, je poste ici le pdf! (qui en plus sera plus agréable à lire...)

Pour cette fan fic j'ai choisi de décrire une Lara plutôt jeune (25 ans) pour être plus proche du personnage.J'ai essayé de rendre Lara plus humaine que possible avec ses qualités et ses défauts.. TR4 étant mon tomb raider préféré je ne pouvais pas louper l'occasion de raconter une histoire se déroulant durant cet épisode ^^
Bon , j'aurais aimé un peu plus de temps pour l'écrire, il est vrai qu'une semaine est assez court pour élaborer une histoire complète, néanmoins j'espère qu'elle sera aussi agréable à lire que j'ai éprouvé du plaisir à l'écrire! je précise qu'il s'agit de ma première fic donc je vous demanderai un peu d'indulgence !!
J'ajouterais qu'il y a dans cette fan fic un clin d’œil à ma rencontre Trolienne...

***

Nous retrouvons donc Lara à Paris, 8 ans après avoir laissé Von Croy au Cambodge. Notre archéologue préférée a rendez vous avec François Arnaud célèbre Historien et archéologue français ayant des informations importantes à lui confier sur l'emplacement du tombeau de Seth...

En effet, nous ne savons pas comment notre chère Lara a eu vent de cet emplacement. Voici donc ma version des faits^^ !


je vous souhaite une bonne lecture :wink: !


Edit: mise à jour de 23h48 nouvelle version de la fic avec orthographe corrigée de la dernière page :wink:


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Je voudrais voir le monde dans un grain de sable et le paradis dans une fleur sauvage, tenir l'infini dans la paume de ma main et voir l'éternité durer une heure...
http://magena-portfolio.fr


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 22:58 
Hors ligne
Administratrice
Administratrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Jan 2003, 21:07
Messages: 7675
Localisation: Beauvais
Sexe: Femme
Résultats - Epreuve n°4 : Mini Fiction sur Tomb Raider

Principe de notation :

La note obtenue pour cette épreuve est une moyenne des notes du jury (coeff 2) et des non-participants (coeff 1). Celle-ci sera donnée le 3 juin (le temps de laisser les non-participants noter durant la semaine). La notation tient compte de l'orthographe, de l'originalité, de l'humour etc. Cela reste à l’appréciation de chaque juré et non-participant.
Une bonne réponse à la question bonus ajoute 1 point à la moyenne obtenue par le candidat pour cette épreuve.

Réponse attendue pour la question bonus et points accordés :

Le célèbre concours TRO-lien ayant été renouvelé 4 fois est : Miss/Mister TRO, plus précisemment Mister TRO organisé en 2006 par Grand Organisateur, en 2007 par Nono et Alex Fly, en 2009 et 2010 par CoolGrisou. Vous avez tous trouvé la réponse qui n'était pas très difficile, à part MrCroft qui était complètement à côté lol et SlyRaider qui a précisé "2010" ! :lol:

Les points accordés

Nicolle : +1
Le-Sphinx : +1
peoplemaydream : +1
MrCroft : 0
krystos : +1
Manon : +1
Neilérua : +1
~Guillaume~ : +1
moimoileo : +1
ADDtm : +1
6Fan2Lara : +1
Selkie Louve : +1
Castiel : +1
SlyRaider : 0
MAX-b : +1
Newraider : +1
Sosoleil : 0 (n'y a pas répondu)

Classement de la quatrième épreuve :

Selkie Louve : 18
Neilérua : 17
Newraider : 15,5 (1 point retiré pour le retard)
Manon : 15
moimoileo : 15
Nicolle : 15
peoplemaydream : 15
ADDtm : 14,5
krystos : 14
SlyRaider : 14
~Guillaume~ : 13
Castiel : 13
Sosoleil : 13
MAX-b : 12 (1 point retiré pour le retard)
MrCroft : 11,5
6Fan2Lara : 9
Le-Sphinx : 1 (n'a fait que la question bonus)
Inaya : 0 (n'a pas fait l'épreuve)

Classement global provisoire :

Neilérua : 17,5
Selkie Louve : 16,6
krystos : 16,4
Castiel : 15,5
peoplemaydream : 15,4
Manon : 14,7
Newraider : 14,6
SlyRaider : 14,6
~Guillaume~ : 14,5
MrCroft : 14,4
6Fan2Lara : 13,6
MAX-b : 14,2
moimoileo : 14,2
Sosoleil : 13,9
Nicolle : 13,6
ADDtm : 13,2
Le-Sphinx : 11,4
Inaya : Disqualifiée

Edité par NC le 08/06

_________________
Image
Miss TRO 2009


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Mai 2013, 23:00 
Hors ligne
Administratrice
Administratrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Jan 2003, 21:07
Messages: 7675
Localisation: Beauvais
Sexe: Femme
Epreuve n°5 : Kaléidoscope de Tomb Raider

Consignes :

Cette cinquième épreuve va faire appel à vos souvenirs. Vous devez reconnaître 15 screens modifiés tirés d'un des jeux Tomb Raider. Pour chaque screen, il faut préciser le nom du jeu et le niveau correspondant.

Vos participations ainsi que vos réponses à la questions bonus sont à envoyer en MP à l'ensemble des membres du jury : TonyX, toutatis, Phenix87 et moi même.

La notation se fera uniquement par le jury cette fois-ci. Vous avez jusqu'au dimanche 2 juin à minuit pour répondre.

Bon courage !

Les screens :

Screen 1

Image

Screen 2

Image

Screen 3

Image

Screen 4

Image

Screen 5

Image

Screen 6

Image

Screen 7

Image

Screen 8

Image

Screen 9

Image

Screen 10

Image

Screen 11

Image

Screen 12

Image

Screen 13

Image

Screen 14

Image

Screen 15

Image

Question bonus :

Quel membre a eu pour la première fois l'idée de mettre en scène plusieurs membres actifs dans une fanfiction ?

_________________
Image
Miss TRO 2009


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2013, 22:25 
Hors ligne
Nouvelle Recrue
Nouvelle Recrue
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Sep 2011, 09:34
Messages: 9
Sexe: Homme
Ep 4:

Un autre monde

Notre aventurière ce trouve en Bolivie, dans un bar du village elle ce remet de sa dernière expédition en consomment en boisson fraîche avant de repartir chez elle, lorsqu'elle entend une conversation des gens du village qu'ils ce trouvent sur une table juste derrière elle.

-Mais si ! Je vous le jure je l'ai vu comme je vous vois, cette histoire est vrais !
-Arrête de dire n'importe quoi.
-Mais j'ai vu ce temple apparaître devant moi !
-Arrête, je dit que c'est une rumeur qui circule pour attirer le touristes, franchement un temple fantôme qui apparaît comme par magie les soir de pleine lune...

Lara intervient :

-Dit moi, il me semble que dans quelques jours c'est la pleine lune et j'ai besoin d'un guide, tu pourrais m'amener à l'endroit où tu a vu apparaître ce temple ?
-Non ! Pas question que je remette les pied là-bas, c'est trop effrayant.
-Tu ne sera pas obligé d'y rester, tu m'y amène avant la tombé de la nuit puis tu pourra repartir et je te paye d'avance, qu'en dit-tu ?
-Bon... c'est d'accord.
-On est d'accord on ce retrouve devant ce bar dans trois jours à 13 heure.

Puis Lara s'en va.

-Je te l'avais dit une rumeur pour les touristes.

C'est n'est pas la première que fois que Lara passe en Bolivie et ce n'est n'y la première fois qu'elle entend cette rumeur qui circule dans ce pays. Lara prévient Winston qu'elle rentrera plus tard que prévu et lui explique qu'elle vérifier là rumeur qui circule.
Trois jours passèrent, il est 13 heure, Lara attend déjà devant bar, elle vérifie son équipement, le guide arrive, comme promis elle le paye puis ils font route vers la forêt.

Après quelques heures de marche le guide s’arrête :

-C'est ici !
-Tu est sur ?
-Certain!Le temple est apparu juste là
-Mais, il n'y a aucune trace sur le sol, rien qui marque qu'il y a eu un bâtiment ici !
-Je me trompe pas, quelque chose comme ça, on peut pas l'oublier.
-Ok, tu peux déposé le reste de mes affaire ici et repartir chez toi.

Le guide dépose les affaires et s'en va. Il reste quelques heures avant que la nuit tombe, Lara installe son campement et se repose. La nuit est tombé est on peut apercevoir la pleine lune, mais rien n’apparaît, Lara patiente encore en vérifiant son équipement, pistolets, lampe torche, camera … quand quelque chose commence à apparaître.
Finalement ce n'est juste une histoire pour attirer les touristes.
Le temple est bel et bien apparu. Ce monument ressemble à une pyramide Inca, mais elle semble très différent de ceux déjà découvert, il n'est très grand, une entré plutôt grande et surtout, le plus étrange, on dirait que la pierre n'a pas subit l'effet du temps, comme si elle a était construite aujourd'hui. Lara saisie sa caméra, allume sa lampe torche est commence à filmer, elle rentre dans la pyramide et là elle ce retrouve dans une immense salle, plus grande que le monument, elle est totalement vide et sombre. Lara éclaire les murs avec sa lampe et on y vois des inscriptions dans toute la pièce, elle reconnaît une écriture, celle des Incas, par contre il y a une seconde écriture qu'elle lui est totalement inconnue. Il y a une autre entrée, elle mène à une autre salle identique à la première, à part les inscriptions qui sont d'une autre civilisation plus ancienne que les incas et toujours cette seconde écriture d'une langue inconnue, il y une autre sale avec une première inscription d'une civilisation plus ancienne que la précédente avec là deuxième langue inconnue...
Sur les inscriptions que Lara a reconnue des mots qui revenaient dans toute les salles, « le cadeau des Dieux venues du ciel ».

Après avoir traversé plusieurs salles, la prochaine entrée semble donnée sur une pièce très éclairé, Lara entre dans cette pièce que est très lumineuse, une lumière presque aveuglante, au centre on peut voir un objet, elle s'en rapproche pour mieux le voir... C'est une crâne de cristal ! Lara fait pour la prendre mais, à peine qu'elle là effleuré qu'un flash l'aveugle. Lara ouvre ses yeux, le crâne de cristal ce trouve toujours devant elle mais, elle n'est ce trouve plus dans la même pièce, celle-ci est beaucoup plus petite et j'aperçois qu'elle n'a plus son équipement, armes, torche, caméra... elle ce retourne est voie une entrée par laquelle elle voie la lumière du jour, elle sort d'une pyramide, la même qui lui est apparue. A l’extérieure, Lara aperçois ce qui semble être un immense village avec des habitations tous différentes des une des autres, des maisons d'origine de différentes civilisations disparues.

-Mais où suis-je ?

Soudains un homme, sortie de nul part, ce trouve a coté de Lara.

-Tu te trouve dans un autre monde Lara.
-Mais qui êtes vous ? Et comment connaissez vous mon nom ?
-Désolé je ne peut pas vous répondre à ces question mais, je vous donnez un explication de l'endroit que tu voie. Ici c'est un monde où vivent les différents civilisations qui ont vécues sur la Terre, ici ils vivent en harmonie, sans violence, sans guerre. C'est le cadeau que nous leurs avons offert. Mais tu en sais déjà trop Lara et tu doit rentré chez toi...

Tout un coup, une lumière aveugle Lara pendant quelque seconde, elle ouvre ses yeux, elle ce retrouve à coté de son campement avec tout son équipement, le soleil commence à ce lever et la pyramide disparaît. Lara prend sa caméra est regarde ce quelle a filmé, elle n'a filmé que la forêt qui ce trouvé autour de la pyramide, aucune trace des salles qu'elle avait parcourue.

Plusieurs jours plus tard, au manoir des Croft.
-Bonjour Miss Croft, enfin de retour, alors cette rumeur ? Est-elle vraie ?
-Ce n'est qu'une histoire Winston. Une rumeur pour attirer les touriste.


FIN.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Mai 2013, 22:47 
Hors ligne
Sergent Raider
Sergent Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Oct 2011, 15:10
Messages: 229
Sexe: Homme
Extraits de : LE MANUEL DE L'AVENTURIER, éditions Natural Planet

________

A PROPOS

Chers lecteurs,

Tout d'abord merci d'avoir acheté ce livre. Cet ouvrage est le fruit d'une longue et étroite collaboration avec Lara Croft, archéologue indépendante de renom. Au cours de ses nombreuses expéditions à travers le monde, Lara a appris à percer le secret de tout type de sites archéologiques : tombes, cavernes, ruines, châteaux, temples …
Les pièges les plus vicieux ? Elle les a déjoués. Les portes fermées ? Elle les a contournées. Et une fois les sites pillés, elle en est repartie avec leurs trésors dans son sac-à-dos.
Dans ce livre, vous découvrirez comme jamais auparavant les aventures de Lara Croft, accompagnées de ses précieux conseils pour braver tous les dangers.
Nous souhaitons remercier Lara Croft pour sa disponibilité, pour nous avoir livré ses souvenirs de voyages et ses tactiques sans faille, et sans qui cet ouvrage n'aurait pu voir le jour.
Et sans plus attendre, voici en exclusivité, pour vous chers lecteurs Le Manuel de L'Aventurier.

_______

OUVRIR UNE PORTE

Pérou
1996

« J'étais à la recherche d'un ancien artefact, le Scion, pour le compte de Natla Technologies. L'entreprise m'a envoyé dans la cité de Vilcabamba au Pérou où était sensée se trouver la relique, à un peu plus de 2000m d'altitude, sur les pentes enneigées des montagnes. Je me souviens qu'un guide local m'avait accompagnée, il connaissait les lieux comme personne. Il m'a amenée à bon port. On s'était retrouvés pile devant l'entrée du temple. C'est là que les hostilités ont commencé. Il fallait avant tout trouver le mécanisme d'ouverture. Dans ces cas-là, époque pré-inca oblige, il n'y a pas de serrure à faire sauter à coup de dynamite si vous voyez ce que je veux dire … Non, ces portes-là sont un peu plus coriaces, il faut savoir les prendre, avec tendresse … Je ne vous cache pas qu'après trois bonnes heures de marche en plein froid péruvien, ça démange ! Pour se réchauffer un peu, je vous conseille l'escalade, traditionnel certes mais efficace. Et ça tombe bien, car la sonnette d'entrée se trouve en haut, au dessus des portes. Avoir sur soi une corde accouplée à un grappin est un plus. Une fois en haut, il vous faut chercher un élément qui se détache du reste de l'environnement, parfois c'est quelque chose qui dépasse un peu plus du mur que le reste, comme une vieille pierre. Poussez-là et en général, les portes s'ouvrent. Plus c'est original, moins vous courez de risque de déclencher un piège. Entendez par là que si vous n'avez seulement qu'à actionner un levier juste à côté de la porte, ça sent l'entourloupe à plein nez. »

Cambodge
1984

« L'une de mes premières expéditions, j'étais adolescente, j'avais 15, 16 ans. J'avais demandé la permission à mes parents d'accompagner le professeur Werner Von Croy (qui a dit que je ne leur avait pas laissé le choix ?) en Asie pour trouver un objet appelé Iris. Je n'en savais pas plus, c'est l'aventure qui m'intéressait. Le charmant senior m'avait appris progressivement les rudiments de l'archéologie. A un moment nous nous étions retrouvés devant une grande roue de pierre qui bloquait le passage. Pour la déplacer il fallait emprunter un étroit couloir qui menait à une pièce adjacente, dans laquelle se trouvait le levier de commande de la roue. La roue nous empêchait donc de continuer, il y avait le couloir étroit, et nous étions là le professeur et moi. Entre un 36 et un bon 44, il n'a pas fallu hésiter plus longtemps pour savoir qui de nous deux allait s'aventurer à quatre pattes pour débloquer le passage. Je m'étais donc exécutée. Ici, ne prenez pas de pincettes, allez-y sans réfléchir. Claustrophobes, prenez sur vous, concentrez-vous sur l'issue au bout du tunnel, sans tenir compte du regard de votre accompagnateur descendre indiscrètement sur vos hanches en pleine rythmique. Après avoir rampé à mains nues, à tâtons dans la pénombre, vous devriez vous en sortir avec seulement une petite poignée de cailloux dans chaque genoux. Vous n'avez plus qu'à actionner le levier, en espérant que celui-ci ait été régulièrement huilé, le cas échéant, allez-y à l'huile de coude. Et pour finir, rebroussez chemin … jusqu'à la prochaine porte close ! »

C'était un extrait du Manuel de L'aventurier, aux éditions Natural Planet, n'attendez plus et commandez le vite sur http://www.natural-planet.com !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juin 2013, 20:35 
Hors ligne
Administratrice
Administratrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Jan 2003, 21:07
Messages: 7675
Localisation: Beauvais
Sexe: Femme
Résultats - Epreuve n°5 : Kaléidoscope de Tomb Raider

Principe de notation :

Un point est attribué pour chaque screen si et seulement si les bons noms du jeu et du niveau correspondant sont donnés. La note sur 15 est ensuite rapportée sur 20.
Une bonne réponse à la question bonus ajoute 1 point à la note obtenue par le candidat pour cette épreuve.

Réponse attendue pour la question bonus et points accordés :

Le membre qui a eu pour la première fois l'idée de mettre en scène plusieurs membres actifs de TRO dans une fanfiction est TonyX avec sa fanfic "Lara et TRO : La quête de la légende perdue" (renommée "Lara et TRO : Avalon Saison II"). Peu ont trouvé la réponse mais certains "nouveaux" ont quand-même bien répondu ! :wink:

Les points accordés

Neilérua : +1
Manon : 0
moimoileo : 0
krystos : 0
Nicolle : +1
peoplemaydream : 0
Le-Sphinx : 0
MAX-b : +1
~Guillaume~ : +1
ADDtm : 0
6Fan2Lara : 0
SlyRaider : 0
Castiel : 0
Sosoleil : +1
Selkie Louve : +1
Newraider : +1
MrCroft : 0 (n'y a pas répondu)

Réponses attendues :

TR1 - Les Cavernes

ImageImage

TR2 - Les collines tibétaines

ImageImage

TR2 - La plateforme pétrolière

ImageImage

TR3 - Le désert du Névada

ImageImage

TR4 - Un train dans le désert

ImageImage

TR6 - Le Louvre

ImageImage

TR7 - Le Népal

ImageImage

TR8 - Les côtes Thaïlandaises

ImageImage

TR8 - L'océan arctique

ImageImage

TR9 - Extérieur de la base

ImageImage

TR9 - Forêt de montagne

ImageImage

TR9 - La plage des épaves

ImageImage

TR9 - Le sanctuaire de l'abîme

ImageImage

TR9 - Tombeau Sanctuaire des gardiens (Forêt de montagne)

ImageImage

TRA - La vallée perdue

ImageImage

Classement de la cinquième épreuve :

krystos : 20
MAX-b : 20
Neilérua : 20
Castiel : 16
Newraider : 16
peoplemaydream : 16
6Fan2Lara : 15
~Guillaume~ : 14,5
Selkie Louve : 14,5
Sosoleil : 14,5
Manon : 13,5
moimoileo : 13,5
SlyRaider : 11
Nicolle : 9
ADDtm : 8
Le-Sphinx : 4
MrCroft : 0 (n'a pas fait l'épreuve)

Classement final :

Neilérua : 18
krystos : 17,1
Selkie Louve : 16,2
Castiel : 15,6
peoplemaydream : 15,5
MAX-b : 15,4
Newraider : 14,9
~Guillaume~ : 14,5
Manon : 14,5
moimoileo : 14,1
Sosoleil : 14
6Fan2Lara : 13,9
SlyRaider : 13,9
Nicolle : 12,7
ADDtm : 12,2
MrCroft : 11,5 (n'a pas fait la cinquième épreuve)
Le-Sphinx : 9,9

Edité par NC le 08/06

_________________
Image
Miss TRO 2009


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO