Les Forums de Tomb Raider Online

Le Premier Site Interactif sur Tomb Raider et Lara Croft : Les Forums
Nous sommes le 16 Oct 2018, 06:35

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 27 Nov 2009, 00:08 
Hors ligne
Adjudant Chef Raider
Adjudant Chef Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Oct 2008, 17:50
Messages: 1637
Sexe: Homme
Cette fanfic représente la vie d’étudiants. Certains propos paraîtront vulgaires ou crus pour certains mais sont essentiels pour la représentation de notre jeunesse actuelle. Veuillez donc faire fi de ces quelques inconvénients.

LA JEUNESSE DÉPRAVÉE : HISTOIRE FANTASTIQUE

Quelle était la force qui venait de me réveiller brusquement ? Jamais je ne saurai répondre. Telle une décharge électrique m’électrocutant, j’avais fait comme un bond violent dans mon lit tout en me réveillant. Paniqué et en sueur, je ne pu que constater tout d’abord qu’il faisait encore nuit. Je voulus lancer un regard à ma montre mais je constatai avec étonnement qu’elle avait disparue de mon poignet gauche. Encore surpris par ce qu’il venait de m’arriver, je regardais tout autour de moi, tentant de reconnaître le décor. Je n’étais pas chez moi, mais ce n’était pas une surprise pour autant. Un ami avait organisé une fête chez lui et une bonne dizaine de personnes avait passé la nuit chez lui. Mon esprit n’était absolument pas embrouillé par l’alcool et je me sentais au contraire parfaitement sain. Je me levais en prenant grand soin d’enjamber le corps endormi de quelqu’un de ma connaissance mais que je ne parvenais pas à reconnaître à cause de l’obscurité.

J’ignorais ce détail et je me mis complètement debout. Ce fut à cet instant que je sentis quelque chose d’étrange. Je me sentais plus léger que d’habitude. En haussant les épaules, j’ignorai cette étrange sensation et j’ouvris la porte de la pièce qui donnait sur le salon dans lequel nous avions passé la grande majorité de la soirée. Les lampes étaient allumées, répandant une lueur jaune dans la pièce décorée de trois canapés en cuir, d’une table en verre et d’une grande bibliothèque. La cuisine était américaine, un simple plan de travail séparant les deux pièces. Certains de mes compagnons étaient endormis sur les fauteuils noirs, une cannette de bière dans une main ou la bouteille de vodka renversée sur le sol. J’eus un sourire devant ce spectacle représentatif de la jeunesse dépravée que nous étions.

Je détournai mon regard d’eux et je me dirigeais vers la cuisine pour boire un verre d’eau. Sur le moment, je ne me souvenais plus où étaient rangés les verres. C’était sûrement dû à la fatigue mais je me souvins finalement qu’ils se trouvaient dans le placard à la vitre translucide. Je tendis ma main vers la poignée métallique et je remarquai un détail étrange et effrayant : cette main que je venais de tendre ne ressemblait pas à ma main… Ses doigts étaient fins et ses ongles étaient recouverts d’un vernis rouge. Devant cette incohérence troublante, je me mis à trembler. Je marchai précipitamment vers la salle de bain et je vis mon reflet dans le miroir qui me faisait face. Et là, le paranormal vint frapper ma vie de plein fouet… Ce visage qui était censé être le mien était celui d’une fille, aux yeux verts et aux cheveux noirs lui tombant sur les épaules ! Le pire est que je le connaissais… C’était celui de Laura… Ne pouvant le retenir, je lançais un cri horriblement aigu. Une porte s’ouvrit brusquement et un personnage que je connaissais horriblement bien me fixa d’un air effrayé : c’était moi. Deux cris se mêlèrent pour en faire un seul : celui de Laura et le mien.

- Calmons-nous ! dit Laura. Ça sert à rien de paniquer !
- Me calmer ? m’exclamais-je. Tu es dans mon corps !
On s’était excités, hurlant sans nous arrêter durant dix minutes. Par chance, l’alcool avait bien fait son effet, empêchant un grand nombre de nos amis de se réveiller sous nos cris. Laura, dans mon corps, m’avait emmené de force dans une pièce vide dans laquelle elle avait essayé de m’étrangler dans l’espoir que mon âme sorte de son corps. De toute évidence, elle avait compris que cela ne servait à rien, qu’elle avait faillit causer ma mort, surtout.
Je n’en revenais toujours pas ! C’était impossible !
- Bon… Il y a forcément une raison ! dis-je, en essayant de me calmer.
- Tu as pratiqué des rituels vaudous ? demanda- t-elle.
- À ton avis ? grognais-je.
- Je plaisantais ! rétorqua Laura, entre ses dents. Il ne peut pas y avoir d’explications logiques par le simple fait qu’il n’y a rien de logique dans tout ça !
- Vraiment ? dis-je avec un air faussement étonné. Tu crois que je ne le sais pas déjà tout ça ?
Je regardai la montre sur le poignet de Laura, celle là même que je croyais avoir perdue. Elle indiquait six heures du matin. Deux heures avant le début des cours et je n’étais même pas fatigué, ce choc psychologique m’ayant totalement réveillé. Brusquement, je compris l’affreuse vérité…
- Oui, je sais, dit Laura. On va devoir aller en cours sans nos corps respectifs !
- Non, c’est pire ! Je n’ai plus mon pénis !
- HORREUR ! s’écria soudainement Laura. J’ai un truc entre les jambes !
On se remit à crier. Mais je me calmai lorsque Laura me frappa au visage lorsque j’eus essayé de voir de mes propres yeux la disparition de ma virilité.
- On n’essaie pas de se regarder ! dit-elle en grinçant des dents. Ce n’est pas correct !
- Je me regarde si je veux ! répliquais-je énervé. C’est mon corps maintenant, j’en fais ce que je veux !
- Et Mat' va me voir dans cet état là ! s’étrangla Laura. C’est ignoble ! Je suis horrible !
Je fronçais les sourcils, vexé et je lui fis remarquer que je n’étais pas non plus très enthousiaste de devoir porter un soutien-gorge.

Laura n’était pas une amie intime, juste une bonne copine. Pourquoi j’étais dans son corps à elle ! Je n’aurai pas pu échanger mon corps avec un de mes amis ? Et comment allions nous faire pour aller au lycée de cette façon ?
- On est obligés ! Me lamentais-je. On a le bac blanc de français aujourd’hui, 4 heures de travail !
- Oooooh ! Miséricorde !
« Miséricorde » était une des exclamations qui caractérisaient Laura, les plaçant toujours dans ses phrases exclamatives.
- Nom d’une pipe ! S’exclama-t-elle. Le bac blanc et Mat' : deux problèmes majeurs !
- Mat' reste mineur par rapport à tout ça !
Mat' était la chose qui permettait à Laura de vivre : jeune homme au look métrosexuel, il en attirait plus d’une. Cependant, il restait toujours indifférent à elle, ne faisant aucunement attention à ses charmes, sans doute par habitude, préférant la traiter comme une bonne copine. Elle en souffrait, se réfugiant dans des centaines de mouchoirs mais elle ne perdait pas espoir et c’était sans doute la chose que j’admirais le plus chez elle.
- Oh mon Dieu ! s’écria une nouvelle fois Laura.
- QUOI ? répondis-je irrité par toutes ces exclamations.
- Comment on va s’habiller pour le lycée ?
Je m’imaginais avec des chaussures à talons pour aller en cours. Et cette pensée me retira tout ce qu’il me restait de moral.

Nos camarades avaient dû dormir uniquement quatre heures mais ils s’étaient quand même réveillés pour aller en cours. Quand à moi, j’étais horrifié par l’accoutrement dans lequel je me trouvais : un ensemble chemisier, jupe, collants noirs, d’affreuses chaussures à talons et un imperméable tout aussi noir que le reste de la tenue.
- Tu es magnifique ! s’exclama Laura avec un sourire que je n’appréciais guère.
- Pas du tout ! Je suis une fille !
- Ben, râles pas, tu es beaucoup plus potable comme ça !
- C’est facile pour toi de dire ça ! Toi, tu sais marcher avec des talons !
Je fis quelques pas dans la rue et je perdis l’équilibre, m’écrasant par terre. Et le « bon à rien » que me lança Laura ne m’aida pas…

Nous étions arrivés devant le lycée à l’heure mais avec des difficultés. Je n’arrivai pas à me tenir droit avec ses maudites chaussures. Laura, par contre, s’en sortait mieux et pour cause, mes chaussures n’ont pas des talons hauts !
- HAN ! hurlais-je après avoir atteint le quatrième étage du bâtiment principal.
- On y est ! se réjouit Laura.
- C’est pas trop tôt ! grognais-je.
- LAURA! Hurla une voix joyeuse et désagréable.
Je vis s’approcher un garçon à l’apparence étrange. Il avait un long nez tordu bizarrement, une grande bouche, un teint pâle, des boutons sur toute la surface de son visage. Roland n’était pas un modèle de beauté, et il faisait parti de ce genre de personnes que les gens appelaient odieusement « laid ». Sa mocheté aurait pu passer s’il n’était pas aussi spécial de caractère. Il était très gentil mais Roland était dans son monde à lui. Il se baladait avec des couteaux suisses. Il adorait les souris et se vantait de faire des expériences étranges dessus. Rien de bien normal, en fin de compte. Mais le pire chez Roland était sa bouche qui, lorsqu’il souriait, semblait monter jusqu’à ses oreilles. Son haleine ignoble n’arrangeait rien. Lili, une amie m’avait dit qu’après une demi-heure de supplice – ce qui signifiait une discussion avec Roland – elle était certaine que l’odeur qui se dégageait de sa gorge était la même que ldes excréments de chats. Une horreur sans nom !
- Roland ? dis-je en me retenant de respirer lorsqu’il vint se placer devant moi. Que me vaut ce malheureux plaisir ?
- Héhéhéhéhéhéhéhé ! fit-il d’une voix étrange et dont les yeux montaient de haut en bas, comme s’il hésitait à me regarder dans les yeux ou s’il souhaitait inspecter mes nouveaux seins. Tu sais quoi ? J’ai parlé avec Monsieur Franck ! Il a accepté de me placer avec toi en TPE ! Notre sujet, c’est « Cannibalismes dans le monde réel » ! C’est moi qui l’ait choisit.
- Pur malade… marmonna Laura assez fort pour que moi seul puis-je l’entendre.
- Désolé Roland, m’excusais-je en devenant vert de dégoût face à cette haleine qui aurait assommé un cheval à trois kilomètres mais je suis avec Lau… je veux dire… Pascal ! Oui, c’est ça ! Je suis avec – j’attrapai le bras de Laura pour l’obliger à rester à côté de moi – Pascal, mon ami, le seul !
Roland nous regardai successivement, eut la trogne du mec qui vient de comprendre quelque chose (c'est-à-dire la bouche en cul-de-poule et les yeux grands ouverts) et poussa un cri avant de partir en courant. Je n’avais rien compris à ce qu’il venait de se passer et de toute évidence, Laura non plus.
- Oh non ! Voilà Audrey et Cécilia ! s’écria Laura. Je ne peux pas leur parler en étant toi ! Et toi, tu ne connais rien aux conversations de filles ! C’est la catastrophe !
- Tu me prends pour un con ? lui rétorquais-je. Regarde un peu, tu vas voir si je ne t’imite pas à la perfection.
Je m’approchais de Audrey et Cécilia et je m’exclamai d’une voix forte et maniérée :
- Salut, les copines ! Vous avez vues le nouveau rouge à lèvres L’Oreol ? Il est trop canon, il va trop bien avec mon vernis !
Je ne prêtai pas attention au regard choqué que me lançai Laura, trop satisfait de la faire passer pour une idiote en guise de vengeance pour les talons. Audrey et Cécilia me regardaient, étonnées.
- Laura ? s’étonna Cécilia. T’as fumé trop de shit hier soir, ou quoi ?
- Mais carrément ! répondis-je. Hihihihihihihi ! Et les girls, si on séchait le bac blanc c’t’aprem’ pour aller faire le tapin dans le quartier rouge ? J’ai déjà 600€ depuis ce matin !
- Quoi ? s’étranglèrent les deux filles tandis que je mettais à glousser horriblement avec un sourire satisfait devant le teint rouge brique de Laura.
Cette dernière ne tarda pas à s’énerver car à ma grande stupéfaction, elle se mit à crier dans le couloir rempli :
- VOUS SAVEZ QUE JE ME BR*NLE EN PENSANT À ROLAND ?
Cris d’horreur.

- Salope !
- Connard !
- Mademoiselle Loraine et Monsieur Maniactiti ! s’écria d’un air amusé la voix de monsieur Franck, le professeur d’histoire et de géographie. Vous faites des concours d’insultes ! Que je sache, lorsque l’on sort une injure, on essaie de l’accorder avec la sexualité de la victime. Mademoiselle Loraine est donc une connasse et Monsieur Maniactiti un salop !
- Monsieur, cet apprentissage ne relève pas de votre professionnalisme ! rétorqua Laura.
Monsieur Franck, aux grosses lunettes et à la coiffure ridicule, était le clown des professeurs, usant de blagues bidons pour faire rire ses élèves. Le fait que l’on s’insultait dans son cours depuis cinq minutes ne semblait pas le perturber et nous regardait d’un air amusé.
- Oh, quel dommage ! s’exclama notre professeur. Je fais la morale pour quelque chose qui ne me regarde pas ! Et bien, monsieur Leroy sera fier de savoir que vous me répondez ainsi, miiiiister Maniactiti ! Dans son bureau tout de suite !
- Espèce de sale pu… commençais-je en tentant d’étrangler Laura. Tu me piques mon corps et en plus tu fais baisser mon niveau !
Ne sachant pas si elle devait être satisfaite ou énervée, Laura se leva et se dirigea vers la porte. Monsieur Franck attendit qu’elle pose la main sur la poignée de la porte avant de claquer joyeusement dans ses mains et de dire :
- Mais non ! C’était un gag ! Vous allez rester devant mon bureau pour que je puisse vous surveiller mon petit !
Je respirai de soulagement, tandis que mes camarades explosaient de rire devant cette plaisanterie ridicule. J’entendis alors un sifflement dans mon dos. Me retournant, je vis avec horreur Roland me faire de grands signes de la main et des clins d’œil très significatifs. Tel Laura, je poussai une exclamation :
- MISÉRICORDE !

Le cours d’histoire s’était déroulé durant deux longues heures durant lesquelles Roland me draguait en m’envoyant des dessins de mon corps actuel. La ressemblance était frappante uniquement pour les seins. Pour le reste, c’était lamentable. Il dessinait horriblement mal !
- Lauraaaaaaaaa! Couinais-je en retrouvant la fille qui se trouvait dans mon corps.
- C’était horrible ! pleurnicha-t-elle. Mélanie me fait… heu… te fait… heu… elle fait des avances à ton corps !
Mélanie était la version féminine de Roland et bien évidemment, les deux ne pouvaient pas se blairer, ne pouvant pas former un couple de « laids ». Lorsque je lui racontai que Roland m’avait envoyé un message dans lequel il disait qu’il voulait dessiner son corps nu, nous nous exclamâmes :
- SAPERLIPOPETTE !
- Quelle horreur ! dis-je. J’ai l’impression que l’on se trouve dans un mauvais remake de « Freaky Friday » !
- On n’a même pas le charisme de Jamie Lee Curtis ou de Lindsay Lohan ! continua Laura.
- Mais on s’en fout ! rétorquais-je. Il faut retrouver notre corps respectifs !
- Mais on ne sait même pas comment on en est arrivé là ! Je ne veux pas continuer à vivre dans le corps d’un garçon. Je veux me marier avec Mat' et avoir pleins d’enfants !
Nous étions en haut des escaliers du quatrième étage. On se mit à pousser des hurlements d’épouvantes à l’idée de ne jamais retrouver nos corps respectifs et un accident malheureux me fit perdre l’équilibre et, tirant Laura dans ma chute, on dévala un étage dans de magnifiques mais néanmoins douloureux roulés boulés.

Après nous être calmés, nous fûmes obligés d’aller en cours d’arts plastiques, une des matières fondamentales de ma scolarité en première. Suite à notre petite chute dans les escaliers, j’étais certain d’avoir d’horribles ecchymoses sur tout le corps. J’étais assis à côté de Laura, tandis que le fameux Mat' était en face de nous. Il ne cessait de regarder Laura étrangement qui, dans mon corps, se livrait à un jeu de séduction pitoyable qui n’arrivait qu’à la rendre ridicule et ME rendre ridicule. Mais j’avais un autre souci en la personne de Roland qui était assis à côté de moi et me lançait des regards pervers.
- Heu… Pascal… entendis-je. Pourquoi tu réagis comme ça aujourd’hui ?
Je détournai mon regard de « Haleine de me*** » pour regarder Mat' qui venait de parler à Laura, cette dernière étant dans une sorte de rêve éveillé.
- Ben… C’est que… tu es là… parvint-elle à dire.
- Et alors ? s’étonna Mat' en haussant un sourcil.
- Et chaque fois que je te vois, j’ai l’impression qu’un brasier m’enflamme…
Qu’est ce que cette conne lui racontait ?
- Et j’aimerai aussi te dire que je t’ai… commença Laura.
- WOOOOOOOOOOOO ! Hurlais-je, faisant sursauter toute la classe. TU TE CALMES, OUI ?
Laura se rendit compte de sa gaffe car elle se donna un coup de poing l’envoyant contre le sol. Elle se réinstalla à sa place tandis que Mat' s’en allait à une autre table.
- Tu es malade ? M’exclamais-je. Tu te rends compte de ce que tu as faillit faire ?
- Je ne sais pas ce qu’il m’a prit… bredouilla Laura. Mais lorsque je l’ai vu, j’ai cru que j’allais exploser et… et…
Elle ne pu terminer sa phrase car elle s’arrêta net. Je la vis pâlir sous les lampes mais je ne comprenais pas ce qu’elle avait. Elle se tourna vers moi, le visage terrifié et arriva à dire :
- Pascal… Je… Je… Je crois que j’ai la gaule…
Je baissai mon regard vers son entrejambe et je remarquai la bosse apparente sous son jean.
- Calme-toi ! Dis-je. Pense à quelque chose d’écœurant, ça va passer !
- Pascal, s’exclama brutalement la voix de Madame Martin, la prof d’arts plastiques. Puisque tu bavardes, tu vas nous réciter ton analyse sur le pop-art au tableau !
Mathilde ne pu désobéir malgré ses hochements de têtes désapprobateurs. Et l’inévitable arriva dès le moment où elle se leva.
- Regardez ! s’écria un crétin. Pascal est au garde à vous !
Les rires fusèrent sur nos têtes. Laura et moi, on rougit de façon simultané, elle pour la honte qu’elle ressentait en ce moment et moi pour la honte à venir. Roland dit alors, toujours avec son affreux sourire ridé :
- Moi aussi, je suis tout dur, mais c’est uniquement lorsque je te mate, Laura…

La journée était de plus en plus affreuse, la honte ne souhaitant par partir. C’était à McDo, horrible fast-food américain, que l’on c’était réfugiés à la demande de Laura, à midi.
- Ignoble ! Râlait-elle. C’était ignoble ! Ce… truc s’est dressé comme ça !
- Maintenant tu sais ce que ça fais ! lui annonçais-je avant de mordre dans mon hamburger.
- Je ne peux pas vivre comme ça…
- Moi non plus…
Elle semblait au bord des larmes. Je continuais de manger mon hamburger tandis que Laura me jeta un regard noir.
- Ben quoi ? lui demandais-je.
- Ton régime !
- Je fais pas de régime…
- Maintenant, oui ! dit-elle en me prenant le hamburger des mains et en plaçant son assiette de Salade-crudités devant moi.
- Han ! Fis-je. Tu es dure !
- Ne me parle pas de « dur » ! Cracha-t-elle.

Il était 13 heures 30 et nous devions faire route vers le lycée pour arriver à l’heure au bac blanc de français. Sur le chemin du retour, je ne pu me retenir : il fallait que je pénètre dans une pharmacie.
- Attends-moi, ici ! Ordonnais-je à ma camarade en entrant dans une qui se trouvait sur le trajet.
Je ressortis quelques minutes plus en rentrant une petite boîte en carton dans mon sac.
- C’est quoi ? demanda Laura.
Je lui répondis par un sourire significatif. Elle ne pu réprimer un rire moqueur en comprenant où je voulais en venir.

- LAURAAAAAAAAA ! s’exclama Roland en fonçant vers moi, alors que nous arrivions devant la salle de français pour le bac blanc.
- Roland! dis-je d’une voix qui ne cachait pas mon faux enthousiasme.
Je sortis la petite boîte de mon sac à main et je la lui tendis.
- C’est un cadeau ! Dis-je en essayant de ne pas rire devant son expression alors qu’il lisait ce qui était marqué sur la boîte. Un bon bain de bouche bien fort pour te rincer la gorge ! Peut-être qu’avec ça les chevaux de la montagne voisine ne crèveront plus lorsque tu parles.
Une larme de joie coula sur le visage de Roland qui se mit à pleurer de façon si soudaine que je reculais en manquant de perdre l’équilibre. Il dit alors d’une voix toute aïgue :
- C’est le plus beau cadeau que l’on m’ait fait ! Merci !
Malédiction ! Mais comment ce crétin pouvait-il ne pas comprendre ? Il s’avança vers moi, me prit dans ses bras et se mit à m’embrasser en enfonçant sa langue goût « excrément » dans ma gorge. Horrifié, je le poussai brusquement en me mettant à lancer des injures crues. Mais m’étais-je mis à penser comme une fille lorsque je me tournai vers lui et que je le frappai au visage, l’envoyant valser sur trois mètres, en hurlant :
- BUTOR ! SALE GOUJAT !

L’action de Roland m’avait donné l’envie de dégueuler ma salade-crudités… Il avait essayé de revenir à la charge en tentant de me malaxer les seins. La sensation avait été étrange mais douloureuse tellement il s’y prenait mal. Je crois que je commençai à comprendre ce que ressentent les filles qui sont harcelés par leur camarade de classe… Quoi qu’il en soit, le bac blanc avait commencé et c’était sûrement le plus dur dans tout ça : j’avais révisé parfaitement mes leçons et le plus dur n’était pas de répondre aux questions mais de réussir à imiter mon ancienne écriture. Avec les doigts fins de Laura, j’avais un peu de mal d’imiter mon écriture initiale. Il fallait que je rende une feuille avec ma vraie identité et Laura devait faire de même. Au bout de trois heures, je commençais à fatiguer et j’étais même certain d’avoir terminé une grande partie de cette épreuve. Je regardai autour de moi et je vis que Laura avait terminé. Je respirai un grand coup avant de sentir une sensation étrange. J’avais l’impression que mes collants étaient en train de s’humidifier. Je lançai un coup d’œil à ma jupe et je compris instantanément ce qu’il se passait. Je me levai brusquement en m’écriant :
- Madame, c’est horrible ! Je perds les eaux !

- On appelle ça des règles !
- Vraiment ? M’étonnais-je. Je ne suis pas en train d’accoucher ?
- Espèce de gland ! ricana Laura, moitié amusée, moitié irritée.
Nous étions dans les toilettes, ayant eu une permission de sortir étant donné que nous avions terminés notre travail noté.
- C’est horrible ! Râlais-je. J’ai mal au ventre et je n’arrive pas à stopper cette hémorragie !
- Cela ne va pas tarder à s’arrêter, m’assura ma camarade en me tendant sous la porte qui nous séparait une espèce de long tube emballé dans une sorte de papier plastifié.
- Un bonbon ? m’étonnais-je.
- Erreur, c’est un tampax !
Trop tard, je venais déjà d’ouvrir le paquet et de le manger.

Après être entrée dans la cabine pour m’aider à enfoncer un tampon, ce qui avait été un moment de grande intimité, nous sortîmes des toilettes et nous rejoignîmes nos amis qui nous annoncèrent quelque chose pour fêter la fin de ce bac blanc éprouvant : une nouvelle fête était organisée chez Mat'. Une occasion de voir « son beau-gosse » que Laura n’avait pas laissée passer. De mon côté, j’étais un peu réticent mais Laura m’avait convaincu de venir à cette soirée pour nous détendre. Elle semblait moins stressée qu’auparavant et avait l’air même très excitée. Après avoir joint nos parents respectifs, non sans avoir un pincement au cœur en sachant que nous ne les reverrions jamais de la même façon, nous partîmes pour la soirée. Au programme : Alcool, drogue et un peu de sexe mais ce n’était pas avec moi. J’avais décidé de me mettre à fond dans cette soirée en additionnant les verres de vodka à la menthe. C’était excellent, une des soirées les plus étranges mais des plus euphorisantes. Et soudainement, un détail me revint : dans de mêmes circonstances, la nuit dernière, j’avais fais un pari avec Laura : elle m’avait jeté le défi de me débrouiller dans le corps d’une femme. J’avais rigolé et, dans ma « saoulitude », on s’était légèrement embrassé pour sceller le pacte. L’alcool m’avait fait oublier mes gestes et mes actes… Était-ce la clef de la solution ?
J’aurais voulu en parler à Laura mais elle rigolait comme une bécasse dans mon corps, me faisant tourner au ridicule.
Et puis, je ne compris pas ce qu’il se passa mais j’eus l’impression de recevoir une puissante décharge électrique. Et puis, plus rien, le néant total…
À mon réveil, j’étais entouré d’une douce chaleur et d’une odeur agréable. Je n’avais aucune idée de l’endroit où j’étais mais j’eus un sourire en pensant à mes organes sexuels qui étaient revenus à leur place, ayant retrouvé mon corps initial. Pourquoi cela m'était-il arrivé ? Avais-je défié la nature en pariant de cette façon avec Laura ? Était-ce une épreuve de plus dans la vie de ces jeunes trop peu soigneux du cadeau de la vie ? Je n'en saurais peut-être rien. Je fermai les yeux et je m’endormis pour terminer cette soirée sous la musique et la joie de la jeunesse dépravée…

_________________
Image
The whole concept of celebrity pisses me off.
While I'm not a celebrity, it's such a weird concept that society has cooked up for us.
Astronauts and teachers are much more amazing than actors.


Dernière édition par Red Hood le 07 Mai 2010, 10:45, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 27 Nov 2009, 16:02 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Fév 2008, 01:12
Messages: 3413
    The Monster of Truth
Image
Page Wikipedia sur les Extrêmes. A voir en cliquant dessus.


    Je passais ma main sur mon cou. Quelques cheveux s'étaient empêtrés dans ma prise. Je l'avais fait poser il y a 4 ans, après avoir eu les moyens d'acheter ma première biobox, juste après avoir réussis mon bac. Aujourd'hui je venais de rendre ce qui devait être mes derniers examens au centre de formation d'Absergo. Il ne me restait que quelques jours avant l'annonce des résultats de l'examen qui me permettrais de quitter les études afin de travailler chez Abstergo comme créateur de programmes. Afin d'être accepté, il fallait simplement réaliser un programme. Mais il fallait qu'il soit parfait. Aucune erreur de code, effets réalistes, bonne incursion avec tout type d'hôtes. Très peu étaient capables de réaliser cet exploit. On ne compte en moyenne qu'une réussite sur deux promotions de quinze élèves chacune. Et quand on dit quinze, nous parlons du début de l'année. Abandons, dépressions, et disparitions tragiques dans des circonstances non élucidés étaient nombreuses.

    Je ne sut m'empêcher de relancer une énième fois mon programme. Même si il était maintenant trop tard, je ne pouvais pas m'empêcher d'aller revoir si tout était parfait. Je rebranchais mon câble biologique à la biobox de développement. Mon appartement se flouta. La tension qui m'habitait depuis des mois disparu grâce aux hormones du câble. Le bootlog se lança, ouvrant le menu principal.

   Je me déplaçait dans les menu par des commandes mentales que je connaissais par cœur. Mon programme se tenait devant mes yeux. J'écrivis la clef permettant de le lancer.

Lancement Programe Fame 1.0

    The Fame
     Mons†er

      (c) Neilérua, 2014.
      Chargement...

  Chargement finit. Veuillez appuyez sur Start.

Lundi 23 Novembre 2009. Los Angeles.

  Beautiful, Dirty , Rich
    J'ouvrais les yeux.

    Tout ce que je devais savoir pour mener à bien la simulation choisie par le programme m'avait été transmit. Je suis Stefani Germanotta, née le 28 Mars à New York, connue internationalement comme chanteuse pop sous le pseudonyme de Lady GaGa. Elle sort ce jour son nouvel album, The Fame Monster. Elle commence sa journée en allant enregistrer une émission télé où elle chante son dernier single, Bad Romance. Après elle part à Wal-Mart pour assister à la mise en vente de son album et le dédicacer à des fans. Puis elle part à une fête d'inauguration dans une boite pour passer la soirée.

    Mais pour l'instant il n'était que sept heure du matin, et j'étais encore dans le lit de la chambre d'hôtel. C'était la première fois que mon programme choisissait GaGa comme thème. Je n'avais pourtant pas écouter de sa musique depuis quelques semaines. J'étais cependant quel peu excité à l'idée de vivre une journée de mon idole d'adolescence. Après m'être levé du lit, je fut marqué par le luxe de la suite. Champagne dans le mini bar, chambre d'ami/garde du corps, meuble que je n'oserais même pas voir dans mon appartement un jour sans les voir venir précédant un huissier.

    Afin de bien commencer cette journée dans ma journée, j'ai décidé un bon bain dans la grande baignoire de l'hôtel. Je laissait mon merveilleux beau, il faut l'avouer, corps féminin se relaxer dans les bulles et l'eau chaude. J'y restai une bonne demie heure avant d'en sortir et de m'essayer dans une des mielleuses serviettes qui pouvaient apparemment recouvrir tout mon corps. Une fois bien sèche, j'osais jeter un coup d'œil dans le miroir. Ce n'étais pas la première que je faisait une simulation des extrêmes dans un corps féminin. Cependant, c'était la première fois que j'avais le corps d'une femme que je connaissait. Spécialement sans artifices. Je savais Lady GaGa naturellement brune et adepte des perruques, cependant voir ses vrais cheveux encadrés son visage sans aucune trace de maquillage était presque dérangeant.

    Je m'approchais du lavabo, avoir d'avoir envie de fuir en voyant le nombre de bocaux, boites, bouteilles de produits maquillant. Elle n'y allais pas avec le dos de la cuillère cette fille. Je me laissa rapidement découragé et laissa l'aide textuelle du programme. "Se faire un maquillage léger, s'habiller avec les vêtements laissés par la Haus of GaGa et mettre une perruque au choix". Je suivis ses conseils avec enthousiasme, maquillage léger, un peu de rouge à lèvre, de fond de teint et d'eyeliner, la perruque posée sur la table de chevet et la tenue mise en sarcophage plastique sur un des canapé du salon.

     Après m'être occupé de ses tâches finissant la métamorphose de Stefani en GaGa, je suis descendu accompagné des mes gardes du corps à l'accueil de l'hôtel où m'attendais mon chauffeur particulier. Il devait me conduire au studio où allait s'enregistrer l'émission. Je le saluait et il m'accompagna jusqu'à ma voiture. Pour ceux qui espéraient me voir la décrire, n'espérez rien, je n'y connais rien.

Bad Romance
    J'étais dans la loge de maquillage des studio. J'avais du subir pendant 10 minutes des commentaires sur "comment une des plus grande stars mondiale peut aussi mal se maquiller ?" "Vous avez encore fait la fête hier ? Enfin ce matin." Cela faisait déjà une demie heure que je poiroté en attendant qu'elles finissent leur travail. Elle avaient même osé retirer ma perruque pour faciliter le travail. Je n'en pouvais déjà plus. Je voyais du clin de l'oeil mes danseurs en train de boire un café chaud. J'aurais tué pour en avoir un. Mais je sens que les dâmes artistes peintre sur corps n'auraient pas été d'accord. Ce n'est qu'encore un quart d'heure après qu'elles acceptèrent, et encore à contre-cœur, de me laisser sortir.

    " - Ready ? Set... 1... 2 ... 3... Go !
    - And now ... Lady GaGa !"

    Ah, je n'avais même pas le temps de prendre un café sur le plateau ? Hé me*** ! C'est même pas du playback...
    Je me débrouillais tant bien que mal avec la dance en suivant les indications visuelles données par le programme. Pour le chant c'était loupé. Faut que je n'arrivais toujours pas à dépasser le mode Very Easy de Guitar Hero en chant et dans lequel j'avais toujours quasiment moins de 50%. I want your love, Love Love Love, I want your love.... Non dès le retour à la réalité je prendrais des cours de chants. Ça ressemblait presque au bruit d'un cochon qu'on égorge. Heureusement toute l'équipe était d'un professionalisme exemplaire et je se bouchait même pas les oreilles. Il faut dire que vu leurs derniers invités ils doivent être habitués.
    Après un des plus longs et ridicules moment de ma vie, la chanson prit fin. Tout le monde me félicita. Je me demandais si j'avais pas oublié de remettre la difficulté normale après ma partie de Guitar Hero la semaine dernière... Probable, vu que je suis tombé sur une journée où Lady GaGa gardent son pantalon du début jusqu'à la fin et que la perruque ne s'est toujours pas fait la malle. Et je n'avais pas chu des tallons hauts lors de ma danse. C'était peut-être ça le critère de réussite du niveau, allez savoir...
    Il me restait encore à faire l'interview. Retour en coulisse pour remaquillage. Retour sur le plateau.

The Fame
    L'interview fut un cauchemar. Je m'étais embrouillé avec les évènements plus récents concernant Lady GaGa et je citais des albums qui n'étaient même pas sortis dans la réalité. Heureusement, en mode Very Easy, il y avait un moyen de laisser le personnage se contrôler tout seul. Un peu comme dans les Sims, c'était bancal, mais ça tenait mieux que mes efforts.
    Heureusement elle ne dura pas très longtemps, et je pu partir rejoindre les fans qui m'attendaient dans un Wal Mart. Pour qu'ils puissent l'attendre Lady GaGa avait fait distribuer des pizza pour tout le monde, mais je crois qu'il n'y en a pas eu assez pour tout le monde rien qu'à voir l'air dépité des gens que je pouvais voir depuis le bureau où j'avais été fichu jusqu'à la fin de la journée. Colés à des vitrines devant moi, je voyais les fans. Je comprend mieux pourquoi elle nous appelle "ces petits monstres"... Les portes s'ouvrent. Je ne vois plus que des mains avec des albums, des flash d'appareil photos, Stressant.
    Ce furent les plus longues et inintéressantes heures de la journée. Je n'avais même pas le temps de voir les gens qui passaient devant moi, juste d'entendre leur nom avant de l'écrire sur leur album, photo, morceau de papier. Certains me donnaient les cartons de Pizza à signer. Et après on pense que le travail à la chaine est le propre des pauvres... Mais bon, au moins celui-ci est bien payé. J'ai cependant eut le temps de reconnaitre des gens que j'avais croisé à quelques un de ces concert et sur GaGaDaily. C'était étrange de voir des gens qu'on connaissait dans un univers virtuel en PNJ. De savoir qu'il n'existent que le temps qu'on passe à coté d'eux avant d'être enlevés des données...
    J'en avais rapidement un peu marre, et décidait d'accélérer un peu les choses.

    J'étais maintenant en train d'être ramener à la suite d'hôtel pour me reposer un peu avant le passage en boite de nuit. Surtout qu'il allait falloir que je reprenne un bain et me change, déjà...

  Just Dance
    J'étais sûr que Lady Gaga ne pouvais resté habillée normalement une journée entière. Remarque, mon respect pour elle n'en est que plus grand... Comment peut-être resister à cette envie de se gratter les fesses si insistante à cause du string ? C'est un secret féminin que je ne comprendrais jamais. Comme les sparadraps noirs sur les seins. J'en hurlerais presque. Et le pire, c'est qu'il y en a qui trouvent ça sexy... C'est donc vrai qu'il faut souffrir pour être belle, où du moins "attirante".
    Au moins la musique était bonne, c'était des remix de TFM. Même si mes talent de danseurs laissent toujours à désirer, au moins, ici c'est pareil pour tout le monde. Surtout qu'avec l'alcool plus personne ne se souciait les uns des autres. Si ce n'est que j'avais vu un homme. Sans pouvoir lui remettre un nom, il me faisait penser à quelqu'un. Lady GaGa devait surement l'avoir croisé à un moment ou à un autre. C'était un bel homme. Très attirant, malgré l'air légèrement ahuri que lui donne son 3e verre de vodka. M'enfin, moi je n'en menais pas mieux.
    Laissant mon instinct de femme grande gueule me pousser je me m'approchais de lui en essayant de le restituer. C'ets alors que ça me revint. Il n'était pas du monde de Lady Gaga, mais du miens. Mais pourquoi lui ressemble t-il tant ? Le programme n'est pas fait pour prendre dans les relations sociales de l'hôte. Oh me***...
    Lady GaGa approcha doucement sa bouche de l'oreille de l'homme, et lui murmura :
    "- I want to take a ride on your disco stick..."

Monster
    Censuré.

 Dance in the Dark
    Je sorti en courant de la chambre. Cet homme est monstre... Je cours... Je suis nue. Pourquoi ? Qu'est-ce qui se passe ? Le sol se dérobe sous mes pieds. Ça fait si mal... Comme si il avait mangé mon cœur.
Je suis revenue dans la boite... Il y a encore du monde, mais personne ne semble me voir. Ils dansent tous. Je n'entend pas la musique. Je ne vois rien dans le noir. Juste leurs silhouettes... Sautant, poussant, criant, embrassant... Je me sent si perdue... Il faut que je sorte... La réalité...
    Un spot s'alluma du plafond. Il éclairait un des danseurs. Je ne le reconnu pas de suite. Il fallut que je m'approche. Mais je le reconnaissait. C'était moi. Ce que je suis dans la réalité. Ayant l'air heureux. De lassitude je ferme les yeux devant ce spectacle. Je monte ma main à mon cou. Je cherche l'interrupteur d'urgence de la prise. Je le trouve. J'appuie dessus.
   "- When I'm dancing in the dark, I'm ..."
So Happy I Could Die.

...
///Data Transfer Interrupted.
///Host Lost in virtuality.
...

Notes de l'auteur ;
Voila, c'est enfin finit xD Vite fait, vite baclé :mrgreen:
L'idée des extrèmes appartient à Cristopher Priest, Lady Gaga à elle-même et Abstergo à Ubi soft :mrgreen:

_________________
If you could rewrite our life any way that you please,
Would you tear out the pages of our memories?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 27 Nov 2009, 20:11 
Hors ligne
Major Raider
Major Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Fév 2008, 19:38
Messages: 4878
Sexe: Homme
je m'inspire d'une de mes amies pour ce texte, je post le début comme demandé à Julie (encore merci), pour montrer que je n'ai pas rien fait, j'apporterais la suite et surement quelques modifications plus tard...

édit : voilà, j'ai apporté la suite et des modification ( j'avais mal compris le sujet )

Mhhh mwoo… minuit au réveil : quel était ce bruit qui m’avait réveillé ? « Pschitt pschitt » Mon dieu, j’ai peur !! Serais-ce un éternuement ? L’éternuement d’un petit lutin malin du matin ? Mais nous sommes en pleine nuit… ou alors un éternue-schtroumf éternueur de nuit éternuant ? Ça allait me stresser toute la nuit, mais n’ayant pas pour habitude de me lever en pleine nuit, j’eu donc décidé d’y aller le lendemain… zzZZZ…
« Il est 7h00 sur Skyrock c’est l’heure des infos avec Steph. : Politique : Barack Obama a déclaré qu’il n’aimait pas les crevettes a la gelée de pain d’épice sur coulis de goudron, trop grasses pour son régime, Margaret Thatcher se dit terriblement choquée. – nouvelle grève des enseignant Français : ils auraient déclarés n’être je cite « pas content » ; personne ne connait l’objet de cette grève pas même les grévistes eux-mêmes mais, « c’est l’habitude » ont-ils finies par déclarer – Sport : le joueur de handball Thierry Henry a marqué un but lors de la rencontre avec l’Ireland permettant à la France de pouvoir peut-être éventuellement sans certitudes aucunes aller en final de la coupe du monde de Handball dans un futur incertain si mamy Nova ne prend pas le contrôle du monde entre temps grâce a son armée de bisous vampires, heureusement bob l’éponge se dit près a défendre la terre grâce au jus de tour Eiffel ! […]

Hein ?! Je n’avais rien compris, ça ne me ressemblait pas, et puis, il fallait que je me lève, déjà ?! J’avais encore ma montre au poignet, j’ai regardé l’heure : 7h05, je devais me lever !! Pourquoi avais-je cette soudaine envie de me lever si tôt, c’était très bizarre, moi qui attendais toujours le dernier moment… Allez, j’enlevais une couette, une autre, encore une, une de plus et une dernière. Je me demandais pourquoi j’avais eu chaud cette nuit. Étrange, ça ne me surprenais pas que mes deux couvertures ce soit transformées cinq couettes, parce que j’étais mal réveillé peut-être, et que je ne voyais presque rien ? Il n’y avait qu’une vague lueur qui pouvait passer à travers le velux … Tient, des gros chaussons grenouilles ! J’avais une envie folle de les mettre!! Je les ai enfilés avant de courir résoudre le mystère du « pschitt ». J’espérais qu’on n’avait pas été cambriolés…
Pourquoi cela m’obnubilais il à ce point? Mystère… Ce n’était pas moi le spécialiste de ce genre de choses d’habitude… J’allumais donc la lumière, l’emplacement de l’interrupteur avait changé, mais cela ne m’inquiétais guère, j’avais l’impression qu’il s’était toujours trouvé là…
Oooh ! Je voyais net, très net même, de plus en plus bizarre… mais je n’allais pas m’en plaindre, c’était très agréable de tout voir sans l’aide de mes lunettes, les couleurs paraissaient même plus belles. Tout d’un coup une étonnante envie de faire la folle me vain… Folle ? Avec deux « L » et un « E » ?! tssk, tu ne sais plus ce que tu penses ma petite Mélody !
-Mélody ??! J’eu peur de comprendre…J’ai aussitôt passé ma main dans mes cheveux, mis ma langue contre mes dents pour voir si elles avaient toujours leur appareil dentaire…
-Non ! C’est un cauchemar !
Vite ! Je me pinçai tout en courant vers le miroir le plus proche, normalement, sa salle de bain était à gauche en sortant de la chambre, j’en claque la porte, ah non, s’était les toilettes, « pschitt »
Ah oui, c’est vrai il y avait cette histoire de pschitt, finalement c’était juste le vaporisateur automatique des toilettes qui m’avait empêché de dormir, mais j’avais plus important à penser. J’ouvris toute les portes à l’étage avant de tomber sur celle de la salle de bain, vite, le miroir ! Là, plus de doute, j’étais bien elle ! Que faire ? J’eu réfléchis seulement quelques minutes avant de me rendre compte que si j’étais elle, il y avait de fortes chances pour qu’elle soit moi. Je suis allé chercher dans tous les tiroirs, tellement pressé, tellement stressé que sa chambre a finit par ressembler à un véritable dépotoir, mais j’avais trouvé son portable, c’était le plus important, j’allais pouvoir l’appeler, enfin, m’appeler. : 02-97-26-…-… Biiip Biiip Biiip,
-ça sonne… Allô ? Oui, bonjour, est-ce que je pourrais parler à Mél… Corentin s’il vous plait, c’est pour une urgence.
-ah ? Je te le passe il est encore dans sa chambre.
-Allô… Mélody c’est bien toi ?
-euh, je crois que oui ! Comment sais-tu ça ?! Tu ne devineras jamais ce qui m’arrive, c’est affr…
-Si, je sais ce qui t’arrive, on n’a pas beaucoup de temps pour faire comme si de rien n’était, j’ai besoin de quelques explications, et toi aussi je pense… Je vais être direct : où sont tes dessous ? String ou boxer ? Comment je m’habille aujourd’hui ? Qu’est-ce que je dis à ton père pour avoir l’air naturel ? Comment je fais avec ton chéri, j’ai jamais embrassé personne moi, et encore moins un mec. Comment tu te prépare le matin ? Dentifrice et trois coups de brosses c’est ça ? [..]
-Oh, je vois qu’on est dans la même galère, j’ai du mal à croire que tout est vrai … On doit se débrouiller, vite. Elle resta un peu sonnée l’espace d’un instant avant de me dire « Tout est dans les tiroirs de la commode à gauche de mon lit, pour la tenue, je te laisse choisir, essaye juste de mettre un peu de maquillage, pour mon père, une bise et un bonjour suffirons, Pour mon chéri… hum, il faut qu’on se voient avant d’arriver au collège, sois au garage à vélo à 8h 10, n’oublies pas d’emmener Jacqueline, moi je prendrais Séraphin ( se sont les prénoms de nos vélos ) […] »
Elle me posa à son tour beaucoup de questions et je lui apportai tout autant de réponses… Nous nous sommes préparés du mieux que nous pouvions avec nos « nouveaux » corps. À 8 h 10, comme prévue nous nous sommes retrouvez :
-Ah, enfin tu es là… j’ai eu peur que tu ne puisses pas venir, c’est une situation plutôt surprenante tu ne trouve pas ?
-AH-HAHA HAHAH HA HAH, excuses moi c’est un rire nerveux, ça me fait peur tout ça… tu as finalement réussi à te débrouiller avec mon père ? Tes yeux sont rouges, tu as du dormir aussi mal que moi…
-hum… pour les yeux, j’ai surtout eu quelques petits problèmes avec ton mascara (dis-je d’un air un peu honteux) .Et pour ton père, Je crois qu’il n’a rien soupçonné, il va falloir mettre à profit nos talents d’acteur si l’on veut que personne ne se doute de rien, il faut être convaincant !
-De toute façon comment veux-tu que qui que se soit puisse penser qu’une telle chose puisse arriver ?
-mais ils vont quand même nous trouver très changés, il ne le faut pas ! Attends, laisse moi remettre ça en place : tu as fait mon gel n’importe comment, on voit que t’es pas habituée.
-Dans ce cas permet moi de re-brosser tes cheveux qui sont les miens ! Toi non plus tu n’es pas habitué. Au fait, je me suis réveillée en ayant toujours mon bracelet à grosses perles rouges, je vois que tu as toujours ta montre, il vaut mieux qu’on les échanges.
- (en enfilant son bracelet je lui répondis l’air blasé) Oui, c’est vraiment étrange, mais bon, je crois que plus rien ne pourra m’étonner à présent…La sonnerie! Vite, je fais quoi avec lui ?!
-Ah oui… c’est un problème, mais laisses-toi guidé, ne t’inquiètes pas, c’est lui qui fait tout quand on s’embrasse. Par contre, évite quand tu le peux, je risquerais d’être trèèès jalouse si non !
Nous sommes partis rejoindre les autres, personne n’était encore rangé, à part les 6èmes bien sûr. Nous avions réussi la première étape : dire bonjour de manière naturelle. Ensuite nos professeurs sont arrivés, je ne savais même pas qui j’avais, et à côté de qui je serais… Il s’est avéré que nous allions en Français, je n’étais pas sûr de là où je devais m’asseoir, j’ai dû improviser : j’ai attendu que tout le monde soit assit et par déduction je me suis assis à côté d’une de ses amies, au troisième rand tout à gauche à côté de la fenêtre, là où j’avais moi-même été assis avant que cette même prof de français ne me change de place pour « bavardage ». Je n’eu pas de mal à réutiliser la même technique à chaque fois, ce qui fut plus dure c’était de répondre à un prénom qui n’était pas le mien lorsque l’on m’interrogeait et de remplir ce contrôle de maths sur les fonctions : Nous venions à peine de commencer à les voir lorsque j’étais moi… « Quelle est l’image de -3 ? » hum... je ne sais pas, c’est un dessin ?
Arrivez à la pause de 10 h 30, j’eu vite fait de la rejoindre, il fallait que nous parlions de tout ça, si cela c’était passé normalement pour l’un comme pour l’autre. Mais là, je sentis quelqu’un me serrer… Mon dieu ! C’était lui, je le lus dans ses yeux, mes yeux, ce petit air de jalousie… mais je ne pouvais rien y faire, il m’embrassa, j’étais aussi stressé qu’elle. Ce n’est pas ainsi que j’imaginais mon premier baisé, un peu plus de romantisme, et le faire avec l’être aimé aurait été nettement moins oppressant, heureusement qu’il venait de se brosser les dents ! Malgré tout ce n’était pas si désagréable, mais je me tus ! Mélody ne devait pas apprendre ça, ça ne se fait pas! Les cours suivant ne se sont pas passés différemment, je commençais à intégrer ce « rôle » féminin et elle commençait à intégrer mon rôle. Après nous sommes allés mangés, heureusement que nous mangions de toute façon toujours ensemble, dans le même groupe de personnes. Elle s’est arrangée pour ce mettre à côté de moi et moi à côté d’elle, en bout de table pour ne pas avoir à trop parler aux autres. Mais d’autres problèmes se sont manifestés, j’avais très envie d’aller aux toilettes, avec le sentiment de ne pas pouvoir me retenir, elle avait le même problème, puisque qu’elle n’avait aucune idée de comment faire. J’avais un peu honte, elle allait voir mon sexe, moi le sien… Après quelques explications compliquées, la fin du repas était arrivée, j’ai du ranger parfaitement mon plateau, chaque chose ayant sa place, c’était ce qu’elle aurait fait… Nous étions doués, l’illusion était vraiment parfaite, je me suis même pris la porte de sortie du self pour faire plus réaliste.
Au fur et à mesure que la journée avançait, nous devenions de véritables acteurs professionnels, je répondais aux SMS, j’imitais son écriture, ça manière d’être avec nos ami(e)s, je parlais d’un langage un poil plus soutenu, me regardais aussi souvent dans les miroirs que je n’aillais aux toilettes… Finalement arriva la fin de la journée, qui m’avait parue très longue… Prenant nos vélos, cette fois si c’est elle qui me raccompagna. Puis je fis exactement comme elle me l’avait dit avec son père et elle en fit de même avec mes parents… Au dîné puis devant la télévision. Après la nuit nous avons retrouvés nos corps respectifs : quel soulagement !

Personne n’a jamais rien sut de cette aventure, nous gardons le secret depuis maintenant plus d’un mois, et ce qui est sûr, c’est que nous en sommes ressortis bien changés, nous avons appris à nous connaitre mieux que quiconque n’aurait réussi en dix années…

_________________
« Life is what happens to us while we are making other plans »
Allen Saunders


Dernière édition par The Other Mr. Croft le 29 Nov 2009, 19:01, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 27 Nov 2009, 21:27 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007, 21:51
Messages: 3733
Localisation: Québec (Canada)
Sexe: Femme
ÉPREUVE # 6 : HOMMAGE AU FORUM !

Il est maintenant temps de mettre de côté les épreuves d'écriture et de laisser libre court à votre imagination en nous faisant une création originale pour rendre hommage à notre cher forum ! Vous pouvez faire tout ce qui vous passe par la tête. Par exemple : un avatar, une affiche, une bannière, composer une musique... Bref, tout sera accepté ! Allez messieurs, à votre tour de nous éblouir de vos créations ! :mrgreen:


Points obtenus pour cette épreuve :

maniactiti : 8.2 points
Mathieu : -1 point
medievil : 7.2 points
moimoileo : -1 point
Neilérua : 9.4 points
Oli-Wan : 8 points (incluant la pénalité pour le retard)
PieRRe3737 : 7.8 points
Raph : - 1 point
Rayhan : -1 point
The Other Boy Croft : 5 points
TonyX : -1 point


Dernière édition par CoolGrisou le 18 Déc 2009, 00:10, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 30 Nov 2009, 21:11 
Hors ligne
Lieutenant Raider
Lieutenant Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Sep 2004, 08:22
Messages: 2756
Sexe: Homme
Donc, ma fic de l'épreuve 5 en retard...

Le soleil se lève, ses rayons passent à travers le rideau et caressent mon visage, me tirant du monde des rêves. Je me redresse et m'étire. Un poids anormal pèse sur ma poitrine. Baisser des yeux encore embrumés par le sommeil sur cette dernière suffit à expliquer l'origine de ce poids inhabituel. Douce idée qu'a eue cette femme de s'endormir nue. C'est alors que je regarde un peu autour de moi pour remarquer que je connais bien cette chambre. Je me précipite devant le miroir de la salle de bain attenante pour en avoir le cœur net, et oui, je suis dans le corps de Lara Croft.

Je décide d'enfiler le peignoir posé là et sort de la chambre. Je descends le grand escalier et me dirige vers la cuisine.

"Bonjour Miss Croft!"

Winston! Je fais volte-face et lui adresse un large sourire.

"Bonjour Winston!"
"Vous avez encore dormi nue à ce que je vois..."

Je pose les yeux sur mon peignoir et constate qu'il est retombé un peu trop bas. Je le rajuste avec un grand sourire et serre mieux la ceinture. Il va falloir que je m'y fasse à cette poitrine opulente.

Lors de fouilles méthodiques de la cuisine afin de trouver autre chose que des yaourts WeigthWatchers et gâteaux Taillefine, je tombe sur une liste intitulée "To do" épinglée sur le frigo. Probablement le programme de la journée de Lara. J'esquisse un petit sourire à la lecture de cette liste, la journée promet d'être amusante.

Trois heures plus tard, je me promène dans les rues de Londres, habillé. Un sourire m’échappe alors que je repense au moment tant attendu du choix des sous-vêtements. Je pousse la porte du salon de coiffure où j’ai mon premier rendez-vous, et de suite, un coiffeur m'apostrophe.

" Bonjour miss Croft!
- Bonjour.
- Comme d'habitude?"
- Non, on va changer un peu. »

Le coiffeur m'installe sur un siège cuir particulièrement agréable en me demandant ce que je désire. Je lui décris la coupe que j’imagine, et il se met au travail. Une sensation de plénitude absolue m’atteint alors, expliquant instantanément l’amour des femmes pour ce lieu de tonte. Le coiffeur coupe, coupe et chaque mèche flottant dans l’air ajoute son lot de sensations exquises. Une demi-heure plus tard, le travail du coiffeur est terminé, et j’arbore dorénavant une coupe bien plus courte. Lara va être contente, tiens. Je passe à la caisse, et ressort du salon encore tout bouleversé.

Quelques sifflements masculins plus tard, me voilà rendu devant la porte de l'endroit indiqué par le second rendez-vous. Je pousse la porte, une jeune femme plutôt mignonne m'acceuille.
"Bonjour Lara. Suis-moi. Ludivine est déjà prête."

Je me remémore la liste alors que je suis cette charmante demoiselle jusqu'au lieu du supplice attendu. En effet, le programme de ce rendez-vous épilation. Je m'allonge sur le lit, m'apprêtant à une séance de souffrance intense. L'esthéticienne décide de commencer l'épilation du visage. Quelques picotements lors de l'épilation des sourcils, mais rien d'exceptionnel, j'avoue être un peu déçu.

"Bon, je commence le maillot, ça risque de piquer un peu, mais je pense que tu dois commencer à avoir l'habitude à force."

A force? A quelle fréquence vient-elle ici? Mes réflexions sur la vitesse de repousse de la pilosité de notre chère Lara sont arrêtées net par le début de l'épilation. Ça fait MAL! Mais qui serait assez dingue pour payer pour de telles souffrances? Lara, en tout cas, est de ce genre de folie là. Dix minutes plus tard, le calvaire est engin terminé. Je paye pour la torture que je viens de vivre, et me dirige vers mon dernier rendez-vous.

Ce rendez-vous à lieu Clinique St Boobs, où j'ai une consultation avec un médecin. Je m'annonce à la réception, et on me demande de prendre place en salle d'attente et que l'on m'appellera lorsque ce sera mon tour. Soit. Je choisis un magazine parmi la pile de magazine féminin et commence à le lire en attendant. "Les 20 meilleures astuces pour éviter les kilos superflus pendant les fêtes", "Prête pour le bikini", "Comment le faire craquer en 3 leçons", "TEST : Êtes-vous une reine de la nuit"... Mais que de sujets passionnant... Je finis par feuilleter le dossier s'intitulant "30 recettes pour se faire plaisir sans grossir" en désespoir de cause, et attend que le médecin soit disponible.

"Miss Croft!"

C'est mon tour, je pose le magazine et me dirige vers la salle. Après les classiques politesses, je m'assois sur le siège que me présente le médecin. Ce n'est pas un gynécologue, comme certains auraient pu le supposer, mais un chirurgien esthétique.

" Donc, c'est pour notre vérification hebdomadaire, n’est-ce pas?
- Euh, oui.
- Et bien, enlevez votre soutien-gorge, que je puisse voir tout ça!"

Je m'exécute, cachant mon étonnement de la vérification "hebdomadaire". Une fois l'auscultation terminée, il m'annonce que tout est en ordre, et que ma prothèse "Adventure Special" tiens bien en place. Me voilà rassuré, que serait devenue notre Lara sans sa poitrine légendaire?

Fatigué par tant de péripéties, je décide de rentrer au manoir, et d'aller me coucher. Quelle aventure que d’être une femme.

Le soleil se lève, ses rayons passent à travers le rideau et caressent mon visage, me tirant du monde des rêves. Je me redresse et m'étire. Le poids anormal ne pèse plus sur ma poitrine. Baisser des yeux encore embrumés par le sommeil sur cette dernière suffit à expliquer l'absence de ce poids. Je suis redevenu homme. Je me lève et vais me préparer mon petit déjeuner, me demandant si ceci n'était pas qu'un rêve. Pendant ce temps, en Angleterre, une femme hurle à la découverte de sa coupe devant le miroir. Pour celle-ci, le rêve prend des allures de cauchemar.

_________________
Image
3dfx, gone but never forgotten...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 03 Déc 2009, 15:17 
Hors ligne
Adjudant Chef Raider
Adjudant Chef Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Oct 2008, 17:50
Messages: 1637
Sexe: Homme
Ma collaboration pour l'épreuve 6, un hommage sous la forme d'une affiche que l'on pourrait publier dans TROPotin pour ramener des membres. Si NC passe par là, qu'elle me donne son avis ^^ !


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Image
The whole concept of celebrity pisses me off.
While I'm not a celebrity, it's such a weird concept that society has cooked up for us.
Astronauts and teachers are much more amazing than actors.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 03 Déc 2009, 21:30 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Fév 2008, 01:12
Messages: 3413
A mon tour.... :mrgreen:



Image Image Image Image Image Image

_________________
If you could rewrite our life any way that you please,
Would you tear out the pages of our memories?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 03 Déc 2009, 23:21 
Hors ligne
Général Raider
Général Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2005, 20:25
Messages: 8760
Localisation: Au pays des cigales.. Tss Tss Tss Tss Tss Tss Tss
Sexe: Homme
Bon, puisque je ne peux pas utiliser de joker, je m'y suis collé quand même.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 04 Déc 2009, 20:35 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Avr 2005, 13:29
Messages: 3482
Sexe: Homme
Bonsoir tout le monde!

Alors voilà, moi je trouve l'épreuve un peu trop dure pour moi, je l'avoue, et ne savant pas utiliser paint shop pro, je me débrouille avec paint.

Pour rendre hommage à tro, je montre simplement en quoi notre forum est une communauté importante. J'ai regroupé les membres actifs, mais aussi les personnes avec qui j'ai partagé et bien déliré il y 2-3 ans, les personnes qui m'ont marquées, ou encore les personnes avec qui j'ai beaucoup appris. J'espère n'en avoir pas trop oublié!

Simplement : merci. :D :D

Petite note : j'ai utilisé le montage de Tristan :mrgreen: je vous dis je suis incompétant. :sm11:


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 04 Déc 2009, 23:17 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007, 21:51
Messages: 3733
Localisation: Québec (Canada)
Sexe: Femme
Épreuve 7 : Drôle de vidéo !

Puisque la plupart ont fait des montages pour l’épreuve précédente, que diriez-vous si je vous proposais d’en faire un autre ? Bien-entendu il s’agit d’un montage tout spécial … :twisted: :mrgreen:

Je vous demande donc de préparer un montage vidéo qui sera très drôle. Pour résumer, votre vidéo devra être en mesure de faire rire Monsieur et Madame Tout-le-Monde ! Pour réaliser votre vidéo, je vous suggère de naviguer sur YouTube et de finaliser le tout grâce à Movie Maker. Bien entendu, vous pouvez également rajouter une agréable petite musique… :lol:

Alors messieurs, c’est à vous de jouer ! :mrgreen:


Points obtenus pour cette épreuve :

maniactiti : -1 point
Mathieu : -1 point
medievil : -1 point
moimoileo : -1 point
Neilérua : 8.25 points
Oli-Wan : -1 point
PieRRe3737 : 9.75 points
Raph : - 1 point
Rayhan : -1 point
The Other Boy Croft : 7.5 points
TonyX : -1 point


Dernière édition par CoolGrisou le 20 Jan 2010, 21:07, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 05 Déc 2009, 17:51 
Hors ligne
Major Raider
Major Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Fév 2008, 19:38
Messages: 4878
Sexe: Homme
voilà, je rend mon montage avec du retard, j'ai été malade hier, je n'ai pas pus...au début ça devait être un GIF, mais il était trop lourd et je n'ai trouvé aucun hébergeur d'image pour l'éberger... donc c'est une version simplifié, avec les 3 "principales" images, j'ai trouvé ce poème sur internet, il correspondait parfaitement à mes attentes, j'ai juste changé quelques mots... ( l'image de Lara est à l'origine un montage de nicobass )


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
« Life is what happens to us while we are making other plans »
Allen Saunders


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 07 Déc 2009, 15:02 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Fév 2008, 01:12
Messages: 3413
http://www.youtube.com/watch?v=-P1qHYESevg

Comme d'hab', vite fait mal fait... =D

*va se cacher avant que Lucien revienne et prenne un grosse colère à l'annonce publique de son modèle préféré de soutient saucisson, si son slip si saillant.*

_________________
If you could rewrite our life any way that you please,
Would you tear out the pages of our memories?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 08 Déc 2009, 15:46 
Hors ligne
Lieutenant Raider
Lieutenant Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Sep 2004, 08:22
Messages: 2756
Sexe: Homme
Bon, alors, faut pas se mélanger, le rendu suivant est celui pour l'hommage au forum, et je tiens à remercier tout particulièrement julie d'avoir foutu en l'air l'effet de surprise, et EN PLUS, je dois faire deux vidéos maintenant. Enfin, plus qu'une maintenant, mais quand même.

http://www.tro-online.com/users/oli-wan/web/imag ... roject.wmv

Voilà, je vais maintenant pouvoir m'attaquer à la seconde! CHOUETTE!

_________________
Image
3dfx, gone but never forgotten...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 09 Déc 2009, 18:30 
Hors ligne
Major Raider
Major Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Fév 2008, 19:38
Messages: 4878
Sexe: Homme
voilà ma video :
(niveau humour, (c'est pas ma tasse de thé), j'ai fais de mon mieux.)

n'ayant pas de micro, j'ai tout fait avec le simulateur de voix d'une compagnie de téléphone, ça m'a prit un temps fou ! :blues: le réalisme est frappant n'est-ce pas ? XD

Lara y a une affreuse et inatendu révélation de la part de Natla :

http://www.dailymotion.com/video/xbhsjq ... o_creation

édit : la même, mais plus soignée.

_________________
« Life is what happens to us while we are making other plans »
Allen Saunders


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Concours] Mister TRO 2010
MessagePosté: 16 Déc 2009, 19:26 
Hors ligne
Capitaine Raider
Capitaine Raider
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Avr 2005, 13:29
Messages: 3482
Sexe: Homme
http://www.youtube.com/watch?v=IC-yaA-JTOI

Voici donc pour moi, notre moufette préférée n'a pas beaucoup de chance :mrgreen:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO