[Tomb Raider Online] - Consoles Portables - Test Tomb Raider sur Game Boy Color


Test

 > Tomb Raider sur Game Boy Color

Longtemps, Tomb Raider est resté le domaine réservé de Sony et de sa Playstation. Fin 1999, Eidos abandonne cette politique afin de porter ce hit sur d'autres consoles. La Révélation Finale et Sur les Traces de Lara Croft seront ainsi adaptés pour la nouvelle console de Sega, la Dreamcast.

Un temps, Eidos pensa agir de même avec la Game Boy Color, la petite console portable de Nintendo. Les capacités techniques très limitées de cette machine le dissuada bien vite. Les possesseurs de GMC finiront réellement par mettre la jolie héroïne dans leur poche, mais dans le cadre d'une histoire qui restera inédite sur les autres support.

Un Véritable défi

Vous n'ignorez pas que la petite console de poche est envahie ces temps-ci par des créatures que nous sommes censés tous attraper et dont nous tairons le nom. Adapter Tomb Raider sur Game Boy est un véritable défi concurrentiel que la société THQ a accepté de relever. Et ce n'est pas mal réussi : cinquante scènes cinématiques, cinq niveaux et 2500 animations, c'est du jamais vu sur Game Boy...

Lara ne perd rien de son charme naturel et continue d'arborer des formes flatteuses et une forme olympique : elle peut sauter, courir, nager, etc... Seuls les véhicules n'ont pas été implantés.

Sur les Traces de Tomb Raider


Comme nous l'avons déjà souligné, il était impossible à THQ de réchauffer l'un des quatre Tomb Raider existant à l'époque. Une nouvelle histoire nous attend, et qui ne manque pas de charme, même si elle paraît largement inspirée de Tomb Raider I, II et IV... Contactée par le Professeur Bowmane de l'Université de Moscou, Lara doit retrouver la dépouille du roi Quaxet. D'après un vieux manuscrit, ce dernier serait inhumé dans un vieux temple ou son âme serait restée prisonnière. Il faut savoir que Quaxet, adorateur d'une divinité maléfique, aurait pratiqué quelques centaines de sacrifices sur des incas, des aztèques et mayas. Se retournant contre lui, les prêtres de ces trois peuples auraient enfermé son âme dans une prison de cristal. Lara doit retrouver cette pierre afin d'empêcher Quaxet de détruire une nouvelle fois les terres d'Amérique du Sud. Un scénario qui n'est pas sans rappeler ceux précédemment vécus par notre aventurière. Quoi qu'il en soit, l'esprit " pilleur de tombes " est vraiment présent et raviront les fans de la première heure. Quelques références historiques, - les conquistador, Cortès , etc - permettent d'assurer une certaine réalité dans le dénouement, trop souvent négligé par Eidos.

Une animation jamais vue sur Game Boy


Tomb Raider est connu pour défrayer les chroniques, sans mauvais jeu de mot. Cette version n'échappe pas à la règle. La souplesse de Lara est tout simplement ahurissante et rappelle, dans une moindre mesure, le jeu Flashback : course, nage, sauts périlleux arrières, lianes, bâtons de dynamite, etc... Seul défaut, les deux pauvres boutons de la console imposent une certaine complexité dans l'exécutions desdits mouvements. Si vous avez deux mains gauches, prévoyez quelques crises de nerfs et une console de rechange ou cas ou la vôtre aurait un accident...
Les graphismes ne sont pas non plus en retrait et tirent le meilleur de la console portable, même s'ils restent ridicule par rapport aux versions PC. Les couleurs ne sont pas très nombreuses, du fait des limites de la console, mais leur choix judicieux apporte un véritable confort visuel ainsi qu'une touche d'originalité. Quelques animations cinématographiques coordonnent le passage entre les niveaux, et il faut admettre que leur qualité est réellement impressionnante. On peut même dire sans faire preuve d'exagération que Tomb Raider est le plus beau jeu jamais vu sur la Game Boy.

Quelques défauts toutefois

Malgré sa qualité, quelques points négatifs viennent noircir la beauté de l'animation : un maniement difficile, une difficulté assez élevée, peu de bruitages et surtout un certain côté lassant qui risquent de décourager les moins persévérants. Lara Croft court en massacrant tout ce qui bouge autour d'elle et les seules énigmes qu'elle doit résoudre consistent à dynamiter un mur ou tourner un levier. Cet aspect primaire et efféminant, qui n'est pas ici comblé par le côté réaliste en trois dimensions risque de déplaire aux amateurs de jeux plus stratégiques.

THQ a su donner un nouveau souffle à Tomb Raider en l'adaptant de façon impressionnante sur une petite console portable. La qualité des graphismes et l'esprit " pilleur de tombe " devrait combler les plus exigeants des amateurs de jeu d'action sans pour autant apporter un réel changement dans le concept d'un jeu qui finit par s'étouffer lui-même. ~











** Webmasters : Luc & Gef87 & NC - New Design 2011 : Mathieu - Integration xhtml & css2 : Luc & Gef87 **